ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Sidérurgie

Plusieurs candidats à la reprise de l’usine Liberty Steel de Hayange



Liberty Steel cherche un repreneur pour son site mosellan.  (Photo: Shutterstock) 

Liberty Steel cherche un repreneur pour son site mosellan.  (Photo: Shutterstock) 

Le dépôt des candidatures s’est terminé ce mercredi 2 juin pour les candidats à la reprise de l’usine – spécialisée dans le rail – de Hayange (Moselle). Une douzaine d’offres sont arrivées sur la table.  

La chute annoncée du groupe Liberty Steel, propriété du magnat anglo-indien Sanjeev Gupta, a précipité la mise en vente de plusieurs sites de production lui appartenant, dont celui de l’usine de rails de Hayange en Moselle. Cette dernière lamine notamment les rails du TGV. 

Selon la presse française, les repreneurs se pressent pour visiter les installations. À commencer par ArcelorMittal et Saarstahl, qui avaient été éconduits l’été dernier, quand l’État français avait privilégié Liberty Steel. 

La direction française du site mosellan a confirmé «une douzaine d’offres, dont huit significatives». Parmi elles, on note deux groupes sidérurgiques italiens, dont Beltrame, et l’espagnol Sidenor. Ce mercredi 2 juin était la date limite pour le dépôt de candidatures. 

Le changement d’actionnaire sur le site de Hayange doit avoir lieu en juillet prochain. 

Quant à l’usine dudelangeoise de Liberty Steel, elle tourne toujours au ralenti et suscite forcément des inquiétudes. Un piquet de protestation devant celle-ci est d’ailleurs prévu ce vendredi 4 juin par l’OGBL et le LCGB