LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Foodzilla

oui, chef!

Le plein d’espoir de Christophe Brejaud... en bocal!



Entre l’impatience de rouvrir à Luxembourg et le lancement d’un nouveau projet autour du bocal maison à Metz, Christophe Brejaud reste motivé comme jamais…  (Photo: Benjamin Champenois)

Entre l’impatience de rouvrir à Luxembourg et le lancement d’un nouveau projet autour du bocal maison à Metz, Christophe Brejaud reste motivé comme jamais…  (Photo: Benjamin Champenois)

En attendant de pouvoir retrouver sa clientèle luxembourgeoise, le patron des Copains d’abord concentre ses efforts sur son établissement messin et a mis en route un nouveau projet d’envergure pour la rentrée 2021. Autour du bocal...

Pouvez-vous nous résumer votre parcours?

Christophe Brejaud. – «Je suis originaire de Metz, où je me suis formé en apprentissage auprès de Jean-Claude Lamaze, un des seuls chefs étoilés de la région à l’époque. Puis j’ai effectué mon service militaire en tant que cuisinier pour le Palais du Gouverneur à Metz, une expérience mémorable pour mon jeune âge d’alors! Après un passage par le Plaza Athénée auprès du chef Éric Briffard, j’ai eu l’opportunité de travailler à Luxembourg, à La Lorraine – à la grande époque! – et au Royal, où j’ai côtoyé à chaque fois Cyril Molard. Puis j’ai ouvert ma première affaire à Metz, en 2003, Le Jadis, où la purée que nous servions nous a fait connaître dans tout le pays grâce à un article dans Le Point, face à Joël Robuchon! Les gens ne venaient presque que pour ça! Puis est venu un second établissement jusqu’en 2015, date à laquelle j’ai ouvert Les Copains d’abord à Metz. Enfin, en 2018, j’ai ouvert Les Copains d’abord à Luxembourg , dans un lieu où je faisais la fête il y a des années, à l’époque du Majestic…

Quelle est la situation actuelle de vos restaurants en cette période si difficile pour le secteur?

«J’ai dû prendre une décision car avec le retard des aides, il était trop difficile de laisser les deux établissements ouverts. J’ai décidé de fermer celui de Luxembourg et de concentrer mes efforts à Metz, où le take-away de qualité est très peu développé. À Luxembourg, des enseignes comme Cocottes ou Victorine en ont fait leur spécialité et font ça bien, mais cela n’existe pas vraiment à Metz, et j’y ai donc mis en place une boutique dans le restaurant avec une formule ‘Les Copains chez vous’ à emporter, articulée autour de bocaux gourmands faits maison. La formule a bien pris et nous arrivons à vendre à présent plusieurs centaines de bocaux par semaine. Ce qui n’empêche pas du tout le fait que j’ai hâte de rouvrir mon restaurant luxembourgeois et d’y retrouver ma clientèle dès que cela sera possible. Je la remercie d’ailleurs chaleureusement pour les témoignages de soutien et d’affection que j’ai reçus de sa part…

Du coup, vous avez un nouveau projet autour du bocal à Metz. Pouvez-vous nous en dire plus?

«Le succès des bocaux maison proposés au Copains d’abord à Metz m’a donné envie d’aller plus loin. J’ai donc en projet d’ouvrir une cuisine de production et une boutique à la ZAC d’Augny d’ici septembre 2021, ainsi qu’une seconde boutique dans la rue Serpenoise dans la foulée... Tout autour du bocal! Et avec une démarche responsable: verres consignés, emballages recyclables et écoresponsables, couverts en noyau d’avocat... C’est très important pour moi. Je pense qu’il y a une vraie carte à jouer là-bas et je me suis entouré d’une architecte et d’un designer locaux pour mettre le tout en forme.

Au restaurant ou dans ce nouveau projet, quelle serait votre collaboration de rêve?

«Sans aucun doute avec le chef Christian Bau, du restaurant trois étoiles Victor’s Fine Dining à Perl! C’est le seul chef à qui j’ai dit en quittant son établissement: ‘Je peux mourir heureux, j’ai dégusté le meilleur repas de ma vie’!»

Les Copains d’abord Metz: 32bis, rue du Coetlosquet, Metz, T. +33 3 87 76 21 46

Les Copains d’abord Luxembourg: 24, rue de l’Eau, Luxembourg, (Centre-ville), T. 26 20 02 73

Vous n’êtes pas encore abonné à la newsletter hebdomadaire Paperjam Foodzilla?  C’est ici!