LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Projet pilote

Petite Maison, un projet circulaire



Petite Maison est un projet qui sera présenté à l’occasion d’Esch2022. (Illustration: Petite Maison)

Petite Maison est un projet qui sera présenté à l’occasion d’Esch2022. (Illustration: Petite Maison)

À l’occasion d’Esch2022 – Capitale européenne de la Culture, le projet Petite Maison met en pratique le principe de la circularité dans la construction. Une maison témoin à l’échelle 1:1 va être réalisée à Belval. 

Le principe de la circularité, tout le monde en parle et s’accorde à dire que c’est vers cela qu’il faut tendre dès à présent. Mais entre dire et faire, il y a une marge. C’est pourquoi Carole Schmit, professeur invitée dans le master en architecture à l’Université du Luxembourg, et Dragos Ghioca, chercheur et spécialiste en développement, mènent, en collaboration avec d’autres experts de l’Uni, du List, de l’Administration des bâtiments publics, des entreprises et des bureaux d’études, un projet très concret de circularité dans le domaine de la construction.

À l’occasion de la Capitale européenne de la culture Esch2022, une maison sera construite sur le campus de Belval, à proximité de la Maison du Savoir, sur le talus près du parking, selon un design collaboratif et répondant en tout point aux prérogatives de la circularité. D’une surface d’environ 100m2, elle sera réalisée à l’aide de matériaux réutilisables assemblés. La maison mettra en œuvre des techniques mixtes (bois, béton, acier) pour ne pas étudier qu’une seule filière. «Tout le processus est documenté, et nous allons publier, au fur et à mesure, nos avancées sur notre site internet www.petitemaison.lu», explique Carole Schmit. «Actuellement, nous sommes en phase d’avant-projet sommaire et allons entrer dans les développements pour aller vers l’autorisation de bâtir. Notre objectif est d’établir une boîte à outils qui puisse servir à d’autres par la suite. Cette expérience permet aussi de se poser toutes les questions qu’entraîne ce type d’approche de construction.»

Une maison réellement habitée

Pendant l’année culturelle, la Petite Maison sera réellement habitée par une personne de l’équipe qui observera ainsi la réalisation en usage et jouera le rôle d’hôte pour les visiteurs.

La maison sera en effet ouverte au public, et pourra même devenir un point de rencontre et de convivialité pour Esch2022 si souhaité, avec une terrasse, en dehors de toute préoccupation liée à la question de la circularité. La programmation qui se déroulera dans la maison n’est pas encore figée, mais des manifestations et des visites guidées pourront y être organisées. Un événement est d’ores et déjà prévu en juillet, sur le parking à côté de la maison, sur le thème des matériaux, accessible au public ainsi qu’aux professionnels. «Nous envisageons également de réaliser une publication qui permettra de conserver une trace de toute cette expérience qui, à ma connaissance, sera pionnière», explique Carole Schmit.

En plus de la maison, une pépinière sera aussi installée, «car le vivant fait pleinement partie des éléments à prendre en compte dans la construction». Pour cela, un partenariat avec un pépiniériste est mis en place. Des arbres, dont les racines sont en belote, seront déposés à côté de la maison. Une fois le projet démonté, ils pourront être utilisés ou plantés ailleurs.

À côté de la maison, le terrain peut être transformé en zone d’activités en plein air. (Illustration: Petite Maison)

1 / 6

À l’intérieur, les espaces sont largement en connexion avec l’extérieur. (Illustration: Petite Maison)

2 / 6

Une terrasse pourra être aménagée sur le toit. (Illustration: Petite Maison)

3 / 6

Les cloisons mobiles permettent de moduler l’espace. (Illustration: Petite Maison)

4 / 6

Un patio pourra être aménagé grâce aux plantations temporaires. (Illustration: Petite Maison)

5 / 6

Plan de l’aménagement. (Illustration: Petite Maison)

6 / 6

Un projet pilote

Avec ce projet, il s’agit aussi de tester les différents modèles économiques qui existent dans ce cas spécifique, y compris pour un bâtiment public. Vaut-il mieux louer ou acheter les matériaux? Est-ce que le cadre législatif actuel permet réellement la mise en place de tels processus ou a-t-on besoin de trouver des solutions? Se pose aussi la question du stockage, de l’entreposage des matériaux. Quelles sont les difficultés auxquelles il faut faire face pour préserver la qualité des matériaux? «Il est très rare qu’un bâtiment puisse être démonté et remonté à l’identique car, la plupart du temps, le contexte change, voire même les besoins. Il y a eu l’exemple du Skip récemment, mais cela est très peu fréquent. C’est pour cela que, plutôt que de mettre l’accent sur la démontrabilité et le remontage d’un même projet, nous nous intéressons au démontage des matériaux, à leur stockage et leur réutilisation partielle ou totale dans un autre projet», explique Carole Schmit. «Cette question de la circularité intéresse beaucoup de monde, mais personne ne sait pas vraiment comment s’y prendre pour la réaliser. Nous manquons de compétences en la matière actuellement au Luxembourg. C’est pourquoi cette expérience sera très enrichissante pour le secteur et permettra de se poser toutes les questions nécessaires. Cela demande une grande vigilance, car il y a des conséquences politiques et sociales importantes qui découlent de ce processus quand on pousse le raisonnement jusqu’au bout.»

Une suite déjà prévue

La construction devrait démarrer début 2022, pour ouvrir au public fin mai/début juin. Il est prévu que la Petite Maison soit démontée en septembre 2022. «Le chantier sera accessible et visitable, tout comme le résultat final», précise Carole Schmit.

À l’issue de la présentation pour Esch2022, une suite est déjà prévue dans le cadre de la LUGA (Luxembourg Urban Garden). Les matériaux de la Petite Maison seront démontés et réutilisés pour réaliser, en 2023, une nouvelle construction près de la Villa Louvigny.