POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Capitale européenne de la culture

Le bâtiment administratif d’Esch2022 livré



Le bâtiment administratif d’Esch2022 – Capitale européenne de la culture à Belval a été livré. (Photo: Fonds Belval) 

Le bâtiment administratif d’Esch2022 – Capitale européenne de la culture à Belval a été livré. (Photo: Fonds Belval) 

Situé à Belval, au pied des hauts fourneaux, le bâtiment préfabriqué qui accueillera l’équipe d’Esch2022 a été livré. Sam Tanson (déi Gréng), ministre de la Culture, en a reçu les clés de la part de François Bausch (déi Gréng), ministre de la Mobilité et des Travaux publics.

Belval sera le QG d’Esch2022 – Capitale européenne de la culture. C’est donc assez logiquement que l’équipe se devait d’avoir ses bureaux sur ce site. Jusqu’alors hébergée au 1535° à Differdange, l’équipe organisatrice de la Capitale européenne de la culture va pouvoir prochainement s’installer dans un bâtiment neuf, conçu en préfabriqué et selon les principes de l’économie circulaire.

Le Fonds Belval a mené ce projet avec la complicité du bureau Bourguignon Siebenaler Architectes. Ce bâtiment fait partie des infrastructures et aménagements réalisés pour la «Capitale européenne de la culture 2022» à Belval, conformément à la loi du 16 mars 2020, tout comme le sont la transformation de la Möllerei en espace d’exposition ou le déménagement du Skip et sa remise à niveau technique.

Au total, 36 personnes pourront trouver une place dans ce bâtiment rouge pétant, composé de modules préfabriqués et assemblés les uns aux autres (surface totale exploitable d’environ 660m2 brut). En plus d’être le centre administratif, logistique et médiatique d’Esch2022, il pourra également accueillir de petites conférences et des expositions temporaires dans les espaces du rez-de-chaussée, qui seront occasionnellement accessibles au public.

 Les modules attendent d’être assemblés. (Photo: Fonds Belval) 

1 / 6

 Sur le site, le montage a commencé. (Photo: Fonds Belval) 

2 / 6

 Les modules sont ajoutés les uns aux autres. (Photo: Fonds Belval) 

3 / 6

 Tout est préfabriqué, sur le site, seul l’assemblage se fait. (Photo: Fonds Belval) 

4 / 6

En seulement quelques jours, on voit déjà apparaître la forme du bâtiment. (Photo: Fonds Belval) 

5 / 6

 Le nouveau bâtiment est assemblé, presque prêt à recevoir les futurs occupants. (Photo: Fonds Belval) 

6 / 6

Le bâtiment est structuré en trois entités distinctes: un noyau de distribution verticale à l’air libre est délimité par une fine maille métallique. Il comprend un escalier à simple volée et un ascenseur. La structure métallique, ainsi que les gaines techniques laissées apparentes, font volontairement écho au langage industriel du site.

Autour de son noyau, s’organisent deux volumes, un rez-de-chaussée plus trois étages et un rez-de-chaussée plus six étages, accueillant les bureaux individuels et les bureaux paysagers, des salles de réunion et un espace avec kitchenette. Au rez-de-chaussée, la structure dispose d’un espace d’accueil à vocation publique, d’une grande salle de réunion et de deux cours ouvertes sur l’extérieur. Une toiture-terrasse est accessible aux utilisateurs de la structure administrative. Des locaux sanitaires semi-publics et privés, ainsi que des locaux techniques et de stockage, sont également installés.

Les usagers du bâtiment administratif peuvent même profiter de terrasses à la vue si singulière. (Photo: Fonds Belval) 

1 / 3

Des panneaux photovoltaïques sont installés sur le toit. (Photo: Fonds Belval) 

2 / 3

À l’intérieur du bâtiment administratif, un bureau paysager. (Photo: Fonds Belval) 

3 / 3

Construit à l’aide de modules de 3x6m, le bâtiment est démontable et adaptable pour des utilisations futures. En plus de sa construction durable, le concept énergétique est aussi respectueux de l’environnement, puisque 108 panneaux photovoltaïques ont été aménagés sur la toiture et la façade. Cet équipement vient compléter le raccordement au chauffage urbain et au réseau de froid urbain pour un rafraîchissement de l’ensemble géré par la centrale de traitement d’air, équipée d’une batterie froide. Une centrale de gestion des protections solaires à lamelles ainsi qu’une régulation automatique de l’intensité lumineuse artificielle des espaces en fonction de l’apport d’éclairage naturel sont prévues afin d’améliorer le confort intérieur du bâtiment tout en réalisant des économies énergétiques et financières.