PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Bilan boursier

Optimisme temporaire des investisseurs européens



Les investisseurs naviguent à vue, au gré de la progression du virus. (Photo: Shutterstock)

Les investisseurs naviguent à vue, au gré de la progression du virus. (Photo: Shutterstock)

Les bourses européennes ont récupéré une partie importante de leurs pertes de la semaine en fin de semaine. Retour au calme? Trop tôt pour le dire, estiment les analystes. La volatilité restera le maître-mot des prochaines semaines.

Après un «lundi noir» et une nouvelle journée très compliquée mercredi, les bourses européennes ont redressé la tête au cours des deux dernières journées de la semaine.

À la clôture, vendredi 20 mars, l’Euro Stoxx 50 a gagné 3,7%, le CAC 40 a pris 5,01% à Paris, le Dax allemand a terminé la semaine sur une hausse de 3,28% alors que le Footsie londonien a grignoté 0,48%.

Après deux séances dans le vert suite à l’annonce d’un plan d’urgence de 750 milliards d’euros de la part de la BCE, peut-on déjà envisager un prochain retour au calme sur les marchés boursiers?

Il est encore trop tôt pour affirmer qu’un point bas a été effectivement atteint.

Alexandre Gauthy,  macroéconomiste,  Degroof Petercam Luxembourg

«Il est encore trop tôt pour affirmer qu’un point bas a été effectivement atteint. Le marché a réagi de manière hésitante aux différentes mesures inédites des banques centrales et des politiques budgétaires et a encore du mal à appréhender toute l’ampleur de cette crise sur l’activité économique et les bénéfices des entreprises», analyse Alexandre Gauthy, macroéconomiste chez Degroof Petercam Luxembourg.

Le coup a effectivement été rude et il faudra un certain temps pour s’en remettre. Pour Ilario Attasi, head of group investment research chez Quintet Private Bank, les investisseurs pratiquent toujours la navigation à vue, se demandant où se situe la limite basse.

«Je ne pense pas que l’on ait touché le fond au regard du niveau de volatilité que l’on observe sur les marchés», estime l’analyste. «On a perdu de vue les fondamentaux économiques et je pense que cette volatilité durera encore quelques mois.»

Or, comme le constate Alexandre Gauthy, depuis le début de l’année, les actions mondiales ont déjà perdu 25% de leur valeur. «La chute des marchés boursiers a été violente et n’a épargné aucun secteur. C’est dans des moments comme ceux-ci, lorsque la presque totalité des valeurs sont pénalisées de manière indissociable, que des opportunités se créent pour les investisseurs de long terme.»

Notre scénario de base, actuellement, prévoit deux trimestres difficiles avant une phase de reprise au troisième trimestre.

Ilario Attasi,  head of group investment research,  Quintet Private Bank

Le long terme plutôt que le casino… c’est également le conseil d’Ilario Attasi aux investisseurs. «Notre scénario de base, actuellement, prévoit deux trimestres difficiles avant une phase de reprise au troisième trimestre. Une partie de la croissance sera perdue, mais une autre ne sera que retardée. Lorsque le virus sera maîtrisé, les gens sortiront, feront la fête et voudront rattraper le temps perdu.»