LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Déménagement à venir

Une nouvelle adresse pour le LUCA



Le LUCA va occuper un ancien entrepôt à Clausen. (Photo: 2001-LUCA)

Le LUCA va occuper un ancien entrepôt à Clausen. (Photo: 2001-LUCA)

Le Luxembourg Center for Architecture (LUCA) va, dans les mois qui viennent, déménager dans un local réhabilité à Clausen. L’occasion d’un nouvel élan pour cette institution dédiée à la culture du bâti.

Cela faisait plus de trois ans que le LUCA cherchait de nouveaux locaux pour déménager ses bureaux, sa bibliothèque, ainsi que sa salle d’exposition et de conférences. Une quête qui a récemment trouvé une issue heureuse grâce à la ténacité des membres de son conseil d’administration, de sa directrice, Andrea Rumpf, et de partenaires généreux et investis dans le soutien de la promotion et la valorisation de la culture du bâti au Luxembourg.

«Le LUCA était hébergé depuis 2006 à Hollerich, dans une ancienne maison appartenant à Paul Wurth SA», explique Françoise Bruck, présidente du conseil d’administration du LUCA. «Mais le quartier et ce site en particulier sont en pleine mutation urbaine, et le LUCA devait libérer les lieux. Il nous fallait donc trouver de nouveaux bureaux et un espace pour continuer nos activités culturelles.»

Une mission qui n’a pas été sans difficulté et qui a mobilisé aussi bien les anciens membres du conseil d’administration (dont en particulier Nico Steinmetz et Mathias Fritsch) que ceux en place actuellement. Mais le LUCA a dû faire face aussi à une autre réalité: le marché de l’immobilier est devenu beaucoup plus tendu qu’en 2006. Impossible de trouver actuellement un lieu qui puisse être occupé pour un euro symbolique, comme c’était généreusement le cas à Hollerich. «Nous avons expliqué notre situation au ministère de la Culture, qui a accepté de renforcer son soutien au LUCA et d’accroître le montant des subsides qui nous étaient versés jusque-là», explique Andrea Rumpf. «Grâce à ce nouvel apport financier, il nous a été possible d’envisager de payer un loyer modeste pour nos futurs locaux.»

Grâce à ces nouvelles conditions financières, trois lieux ont pu être envisagés grâce à des opportunités apportées par les soutiens et membres du conseil d’administration du LUCA. «Par l’intermédiaire de Claude Belche, qui est membre de notre conseil d’administration et partenaire chez Schroeder & Associés, nous avons eu la proposition de louer une partie du rez-de-chaussée du nouveau siège de Schroeder & Associés à Leudelange. Notre ancien président, Michel Petit, nous a ouvert la piste d’un local dans la galerie Neuberg, appartenant à sa famille. Enfin, grâce à l’intermédiaire de Tatiana Fabeck , ancienne vice-présidente, nous avons reçu une proposition de M Immobilier pour occuper un ancien dépôt de tonneaux de bière à Clausen. Après beaucoup d’analyses en interne et de discussions, c’est finalement cette dernière opportunité que nous avons choisi de retenir», explique Françoise Bruck.

Le LUCA pourra installer ses locaux après des travaux de mise aux normes et d’aménagement. (Photo: 2001-LUCA)

1 / 2

Les espaces portent encore les traces de leur activité passée. (Photo: 2001-LUCA)

2 / 2

Un local en devenir

Pour autant, ce local ne peut être investi tel quel. «Il s’agit d’un ancien entrepôt industriel, et des travaux sont à envisager avant de pouvoir y accueillir du public et d’y installer des bureaux», explique Andrea Rumpf. Généreusement, M Immobilier a proposé de prendre à sa charge cette transformation, qu’ils ont confiée à Fabeck Architectes, et de louer les locaux par la suite pour une durée de cinq ans. Le LUCA prend à sa charge l’aménagement intérieur et a demandé au bureau 2001 de l’accompagner dans cette démarche.

«Cette nouvelle localisation, au cœur d’un quartier historique de Luxembourg, va aussi permettre au LUCA de développer de nouvelles propositions et dynamiques», explique Pascale Kauffman , vice-présidente du conseil d’administration du LUCA. «Il va pouvoir saisir l’opportunité du passage de touristes pour donner un nouvel élan à sa programmation, mais aussi devenir un lieu culturel pour le quartier, qui en est actuellement dépourvu. C’est donc aussi une opportunité nouvelle pour travailler avec les résidents et peut-être un public plus jeune.» Le site, après les transformations, sera sans nul doute attrayant pour les habitants de la ville et offrira un cadre d’exception pour mettre en œuvre des idées qui sont en gestation depuis longtemps au LUCA.

«Il est aussi intéressant de noter que, lorsque nous avons pris le bâtiment à Hollerich, il était censé disparaître lors de l’aménagement du site. Aujourd’hui, grâce au travail du LUCA, le bâtiment est vu avec un autre regard», indique Andrea Rumpf. «Les locaux que nous allons occuper à Clausen ont eux aussi un potentiel impressionnant, et je suis convaincue que nous allons pouvoir contribuer à éveiller l’attention sur ce type de bâtisses lambda qui sont actuellement peu usitées, mais qui se prêtent quand même à une revitalisation temporaire.»

Ce déménagement peut être aussi un signe d’espoir pour les autres acteurs culturels qui cherchent également de nouveaux locaux. «Notre démarche démontre qu’il est possible d’occuper provisoirement des lieux initialement non adéquats, et que d’anciens sites peuvent être réhabilités de façon peu invasive et à moindres frais», conclut Andrea Rumpf.