POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

CGFP/Gouvernement

Un nouvel accord salarial signé pour la fonction publique



Romain Wolff, président national de la CGFP, a signé l’accord avec le ministre de la Fonction publique, Marc Hansen. (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Romain Wolff, président national de la CGFP, a signé l’accord avec le ministre de la Fonction publique, Marc Hansen. (Photo: Matic Zorman/Archives Maison Moderne)

Un accord salarial a été signé ce 4 mars entre le gouvernement et la CGFP. Paperjam a pu prendre connaissance de ce document, qui prévoit notamment de mieux réglementer la pratique du télétravail.

Le ministre de la Fonction publique, Marc Hansen (DP), et les représentants de la Confédération générale de la fonction publique ont signé ce 4 mars un accord salarial portant sur les années 2021 et 2022.

Que prévoit-il? Selon le document que Paperjam a pu lire en primeur, en matière de télétravail, vu l’évolution importante vécue au cours de l’année 2020, un projet de règlement grand-ducal sera élaboré «en étroite collaboration avec la CGFP» pour offrir un nouveau cadre à cette forme de travail.

Des négociations démarreront cette année pour tenter de résoudre la problématique de la préretraite des agents de l’État qui sont entrés en service à partir du 1er janvier 1999 et qui ont travaillé en travail posté pendant une durée de 20 ans.

Évaluations et aménagements

Un groupe de travail, composé paritairement de représentants du gouvernement et de représentants de la CGFP, «soumettra le système d’appréciation des agents publics à une analyse critique». Des conclusions seront tirées d’ici juillet 2022 et d’éventuelles adaptations pourront être effectuées par la suite.

Des conclusions seront également tirées quant aux dispositions légales et aux procédures relatives à la protection des agents de l’État dans le courant de cette année, suite à la mise en place d’un groupe de travail à cet effet.

Enfin, des aménagements seront entrepris pour les fonctionnaires qui évoluent dans les catégories de traitement C et D. Il est notamment prévu de créer deux seuls groupes de traitement et d’indemnité C1 et C2, selon que les agents ont accompli cinq années d’études secondaires ou équivalentes. La problématique de la carrière d’aide-soignant sera intégrée dans ce projet d’harmonisation.