ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Entrepreneuriat

Un 8e Cocottes au Luxembourg, la Belgique à l’agenda



unknown-5.jpeg

Stéphanie Jauquet est à la tête d’une équipe de 165 employés. L’enseigne Cocottes emploie a elle seule 125 personnes. (Photo: Patty Neu)

Originaire de Namur et installée au Grand-Duché depuis 21 ans, l’entrepreneuse Stéphanie Jauquet inaugurera un nouveau magasin traiteur Cocottes dans l’extension du City Concorde ce 15 novembre. L’arrivée de l’enseigne en Belgique est attendue à l’horizon 2019-2020.

«Nous allons ouvrir un huitième Cocottes dans l’extension du City Concorde», annonce à Paperjam l’administratrice de l’enseigne, Stéphanie Jauquet, rencontrée lors de la remise du prix Upgrade, mercredi, à Arlon. 

Aujourd’hui, les enseignes Cocottes sont au nombre de sept au Luxembourg, avec une récente arrivée rue Chimay. L’appui des banques et le réinvestissement des bénéfices générés par ses activités ont permis à Stéphanie Jauquet de développer son enseigne.

Et la belle aventure de l’entrepreneuse devrait prochainement se prolonger de l’autre côté de la frontière, dans son pays d’origine. «C’est mon rêve d’ouvrir un magasin traiteur Cocottes en Belgique, à Bruxelles ou à Arlon, pourquoi pas, nous verrons», confie Stéphanie Jauquet, également propriétaire de plusieurs restaurants au Luxembourg, dont Um Plateau, qui fêtera prochainement ses 10 ans. «J’espère une ouverture en 2019 ou 2020.»

C’est avec le sourire qu’elle nous annonce aussi que «ce mardi 6 novembre, justement, quelqu’un m’a proposé un local à Arlon pour y installer un magasin traiteur Cocottes». Mais à l’heure actuelle, aucune ville n’a encore été choisie. L’entrepreneuse procède toujours étape par étape.

Un atelier de production de 2.000m2 à Grass

«Nous allons bientôt nous rapprocher de la frontière. Nous construisons en ce moment un atelier de production de 2.000m2 à Grass, dans la commune de Steinfort», précise Stéphanie Jauquet. «Nous y emménagerons au printemps prochain et proposerons aussi une petite boutique Cocottes.»

Actuellement, la production se fait dans l’une des cuisines des restaurants de l'entrepreneuse. «Pour des raisons d’efficacité, de place de stockage disponible, mais aussi de compétitivité, entre autres, nous avons choisi de déménager et de devenir propriétaires», explique Stéphanie Jauquet. C’est aussi à Grass que les bureaux de l’entrepreneuse seront dorénavant installés. 

Salade composée Cocottes. Photo: Cocottes

Salade composée. (Photo: Cocottes)

Que de chemin parcouru par cette passionnée. Avant de se lancer comme indépendante au Luxembourg, la Namuroise d’origine a forgé son expérience dans la restauration. «J’ai travaillé 10 ans dans un hôtel-restaurant, ce qui m’a permis aussi d’engranger une grande expérience sur le terrain.»

Je ne m’attendais pas à un tel parcours.

Stéphanie Jauquet, administratrice Cocottes

«Lorsque j’ai pris le statut d’indépendante il y a 10 ans, je ne m’attendais pas à un tel parcours», dit-elle. Ce qui compte aussi, c’est son équipe, composée de ses 165 employés, dont 125 pour l’enseigne Cocottes. «Je ne peux pas tout faire seule. Je délègue beaucoup. Dans le passé, on m’a confié à moi aussi beaucoup de responsabilités. On m’a fait confiance. Je fais confiance à mon tour, en déléguant énormément et en mettant en valeur les compétences de chacun de mes employés. Ce qui leur permet aussi de s’exprimer pleinement. J’accorde beaucoup d’importance au respect des équipes qui travaillent avec moi, mais aussi aux clients.»

Lutte contre le gaspillage

Pour son enseigne de cuisine faite maison, Stéphanie Jauquet a choisi aussi de limiter un maximum le gaspillage alimentaire. «Tous nos invendus sont donnés à la Croix-Rouge et à mes collaborateurs.» L’attention a également été portée sur des produits locaux et l’utilisation d’emballages consignés ou recyclables.

«Je suis très contente et très fière de ce que j’ai entrepris. Peu importe le métier ou la discipline dans lequel nous choisissons d’évoluer, il faut être passionné.»