POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Mutation

Miltgen, des HLM au placard doré de la concurrence



lux_fondsdulogement_miltgend_jb-2_720.jpg

Daniel Miltgen va être muté au Conseil de la concurrence. (Photo: Julien Becker / archives )

Révoqué, il y a une semaine, de son poste de président du Fonds du logement, le premier conseiller de gouvernement Daniel Miltgen devrait aller travailler au Conseil de la concurrence, rejoignant ainsi un autre fonctionnaire en disgrâce, Pierre Barthelmé.

Dans un communiqué publié lundi 23 mars justifiant la révocation officielle de Daniel Miltgen quatre jours plus tôt de ses mandats à la présidence du Fonds du logement et du Fonds d’assainissement de la cité Syrdall, la ministre DP Maggy Nagel affirmait que, jusqu’à nouvel ordre, le fonctionnaire en disgrâce était «toujours premier conseiller de gouvernement au ministère du Logement».

Or, cette affirmation trahissait un peu la réalité, puisque Miltgen s’était vu proposer par le gouvernement, le jour même de sa révocation, une nouvelle affectation au Conseil de la concurrence qui relève du ministère de l’Économie du LSAP Étienne Schneider.

Daniel Miltgen n'a pas encore accepté son nouveau job et demandé un temps de réflexion. S'il devait dire oui à cette proposition, qui ne semble pas la seule lui ayant été faite, il devrait commencer à travailler d'ici quelques semaines en conservant son statut de premier conseiller de gouvernement.

Un collègue nommé Pierre Barthelmé

Avec le précédent d'un autre premier conseiller de gouvernement en la personne de Pierre Barthelmé, transféré lui aussi au Conseil de la concurrence après avoir été doublement sanctionné en 2014 (aux niveaux disciplinaire et pénal) pour avoir demandé à ses subordonnés au ministère des Classes moyennes de faire des recherches sur le fichier des personnes physiques à des fins électorales dans le cadre de la campagne législative de 2013 où il était candidat sur les listes CSV, le Conseil de la concurrence risque de devenir un déversoir pour recaser les fonctionnaires en disgrâce, pour la plupart apparentés chrétiens-sociaux.

Reste à savoir si, même s'il acceptait son transfert du Fonds du logement au ministère de l’Économie, Daniel Miltgen renoncerait à contester sa révocation devant la juridiction administrative.

À la différence d’un Pierre Barthelmé qui devient son collègue de travail, Daniel Miltgen (59 ans), qui a lui aussi une carte au CSV, n’est, jusqu'à nouvel ordre, pas sous le coup d’une procédure disciplinaire. Il avait perdu la confiance de sa ministre de tutelle DP, Maggy Nagel.