POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Litige au Fonds du logement

Le limogeage de Daniel Miltgen officialisé



miltgen_fonds_logement_david_l.jpg

Daniel Miltgen (au centre) est officiellement révoqué. Le désormais ex-président du Fonds du logement devrait être recasé mais on ne sait pas encore où. ( Photo: David Laurent / archives )

La ministre du Logement Maggy Nagel a annoncé ce jeudi matin la révocation de Daniel Miltgen de la présidence du Fonds du logement et du Fonds d’assainissement de la Cité Syrdall. Une nouvelle tâche lui a été proposée. La ministre ne dit pas laquelle ni si l’intéressé l’a acceptée.

Contre les pronostics qui considéraient plutôt délicat de la part de la ministre du Logement de procéder à la révocation – qui couvait depuis le 6 mars – de Daniel Miltgen avant la réunion de la commission parlementaire de ce jeudi matin, le président du Fonds du logement (FDL) et du Fonds d’assainissement de la Cité Syrdall a été officiellement mis à pied.

Il en a été informé mercredi après-midi par Maggy Nagel en personne, laquelle avait reçu quelques heures plus tôt le feu vert du conseil du gouvernement pour se débarrasser du haut fonctionnaire qui a officié pendant 25 ans à la tête du FDL, mais qui avait perdu la confiance de sa ministre de tutelle.

«M. Miltgen étant toujours premier conseiller de gouvernement au ministère du Logement, la ministre, après consultation du gouvernement, lui a proposé une nouvelle tâche», indique un communiqué du ministère du Logement diffusé ce jeudi matin. Il n'est pas précisé où le fonctionnaire serait recasé ni si ce dernier est d’accord avec l’affectation qui lui a été proposée.

Dans les meilleurs délais

Quant au nom du successeur de Miltgen, c’est encore un mystère. «Le gouvernement va procéder à la nomination d’un nouveau président du Fonds du logement dans les meilleurs délais», note laconiquement le communiqué.

Maggy Nagel y indique que des entrevues avec le comité directeur et le personnel sont inscrites à son agenda «dans les jours à venir».

Les choses se sont précipitées cette semaine, après que Daniel Miltgen a reçu le 6 mars une lettre de Maggy Nagel l’informant de son intention de le révoquer.

Le président du FDL avait huit jours pour réagir (et pour se défendre), ce qu’il a fait le 13 mars dans un courrier largement médiatisé.

Convenable pour les uns, constructive pour Maggy Nagel

Mardi 17 mars, un comité directeur du FDL, dont la tenue était restée incertaine en raison de l’absence de pas mal de ses membres, avait eu finalement lieu et le quorum de présence atteint, grâce aux suppléants qui avaient été envoyés siéger à la réunion (nous écrivions, à tort, que cette réunion avait dû être annulée, faute de quorum).

Alors que, lors de l’avant-dernière réunion qui était intervenue quelques jours après la lettre de révocation du 6 mars, le comité directeur semblait avoir exprimé son soutien au président, la seconde réunion du 17 mars, avec les suppléants, a débouché sur une demande par l’ensemble du comité directeur d’une entrevue avec la ministre DP.

Mercredi, dans un communiqué de presse, la délégation du personnel du FDL, fortement secouée par les turbulences de l’établissement public depuis plusieurs mois, faisait état d’une nette amélioration des relations ces dernières années entre la direction et le personnel du Fonds, ce qui était une manière habile de montrer son soutien à Daniel Miltgen.

La délégation précisait également qu’elle était à l’origine de l’initiative de son entrevue avec Maggy Nagel et non l’inverse. «L’entrevue a été convenable», souligne le communiqué. Cette expression tranche singulièrement avec la description que la ministre avait fait elle-même de la réunion, évoquant une «atmosphère très constructive».