POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Plainte contre X

Miltgen a-t-il été enregistré à son insu?



La conversation entre Maggy Nagel et Daniel Miltgen a-t-elle été enregistrée à l'insu de ce dernier? À la justice de se prononcer. (Photo: Christophe Olinger)

La conversation entre Maggy Nagel et Daniel Miltgen a-t-elle été enregistrée à l'insu de ce dernier? À la justice de se prononcer. (Photo: Christophe Olinger)

La bataille entre l’ancien président du Fonds du logement Daniel Miltgen et sa ministre de tutelle se muscle. Le premier a porté plainte contre X, prétendant avoir été enregistré à son insu dans le cabinet de Maggy Nagel.

Que s’est-il passé un jour de janvier dans le cabinet de la ministre du Logement Maggy Nagel qui avait convoqué Daniel Miltgen, qui était pour quelques mois encore le patron du Fonds du logement (FDL)? Celui-ci prétend que leur conversation a été enregistrée à son insu, ce qui contrevient aux dispositions concernant la protection de la vie privée.

Miltgen en a pris ombrage et a déposé une plainte contre X avec constitution de partie civile devant le juge d’instruction directeur. Une procédure qui va obliger le Parquet à examiner la plainte et l’opportunité éventuelle de poursuite. De plus, en cas de poursuite, le plaignant aurait accès au dossier.

L’ancien président du comité directeur du FDL a mis en cause, devant le tribunal administratif, la légalité de son limogeage en mars dernier, après la perte de confiance de sa ministre de tutelle et son remplacement par Tania Fernandes. Dans une première manche, il a perdu son recours en référé sollicitant sa réintégration à son ancien poste, mais il lui reste encore son recours au fond où il espère sans doute prendre sa revanche.

2.500 euros de préjudice

Dans le cadre des plaidoiries du recours en urgence en juin dernier, le représentant de l’État luxembourgeois, qui défendait la pertinence du changement de direction, fit mention d’une conversation entre Maggy Nagel et Daniel Miltgen. Cette pièce fut ajoutée par la suite au dossier et en l’épluchant, l’avocat de Miltgen et son client furent interpellés par la précision et le caractère exhaustif du texte, qui fait présumer qu’il s’agirait d’une transcription d’un enregistrement réalisé à l’insu de l’intéressé, en violation de la législation sur la protection de la vie privée.

La conversation avait trait, selon nos informations, aux inquiétudes de la ministre à la suite de la parution d’un article dans Paperjam.lu faisant état de la décision de la banque ING de couper les crédits du FDL après les révélations sur les malversations présumées du chef comptable du Fonds.

Daniel Miltgen estimerait son préjudice à 2.500 euros.

Jointe par Paperjam.lu, la ministre dément formellement, via son porte-parole, «toute forme d'enregistrement électronique lors de la réunion mentionnée et elle précise que des notes manuscrites ont été prises».