POLITIQUE & INSTITUTIONS

À partir du 1er juin

Les RGTR s’adaptent aussi à l’arrivée du tram



À compter du 1er juin, le fonctionnement du réseau RGTR sera modifié pour bénéficier «d'une meilleure synergie» avec les bus de la capitale. (Photo: Paperjam/DR)

À compter du 1er juin, le fonctionnement du réseau RGTR sera modifié pour bénéficier «d'une meilleure synergie» avec les bus de la capitale. (Photo: Paperjam/DR)

Quelques semaines après la présentation de la réorganisation des bus de Luxembourg-ville liée à la disparition de la gare Hamilius et de la mise en place du nouveau moyen de transport de la capitale, c’est au tour de celle des lignes régionales d’être dévoilée.

Avant même le début des grands travaux de réalisation du tram, ce dernier impacte déjà les voyageurs. Après la réorganisation des bus de la capitale, c’est au tour des lignes RGTR de changer de fonctionnement. À compter du 1er juin prochain, la majorité des usagers, à savoir ceux qui circulent entre la gare et le centre-ville, devront prévoir un changement de bus à leur arrivée dans la capitale.

Qu’ils viennent du sud, du nord et du nord-est ou de l’ouest et du sud-ouest du pays, les voyageurs seront donc amenés à s’arrêter dans trois nouveaux terminus.  À savoir dans l’ordre l’arrêt Monterey Parc, Charly’s Gare et Forum Royal/Badanstalt. Les lignes régionales en provenance du sud-est du pays, mais aussi d’Hayange ou de Thionville rejoindront la gare qui fera office de terminus. Le tout, avec des horaires adaptés pour permettre une correspondance entre les lignes régionales et celles de la capitale. Autant de changements qui doivent aboutir à la réduction des files quasi ininterrompues d’autocars le long de l’avenue de la Liberté ou du boulevard Royal.

Cliquez sur les images pour visualiser les éléments en grand format

Selon les prévisions présentées en mars par les autorités de Luxembourg-ville, la cadence des bus doit tomber de 150 par heure et par sens, à 60. La démarche s’inscrit non seulement dans la volonté d’améliorer le système de transports en commun pour promouvoir l’offre de mobilité douce, mais aussi dans celle de réaliser des économies. Et ce, en évitant que «des véhicules roulent à vide», selon François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable. À noter que le paquet d'avenir prévoit, via sa mesure no238, «la suppression des lignes RGTR à faible occupation». Une mesure qui doit permettre une économie annuelle de 1,2 million d’euros. «Mais les changements du réseau au 1er juin ne sont pas directement liés», précise le ministre.

Une refonte du réseau

La réduction du nombre de bus en circulation dans les rues de la capitale va se traduire par l’adaptation du réseau Eurobus. Outre des changements mineurs dans les lignes qui relient Sandweiler à Bettembourg, le Kirchberg à Hassel ou bien encore Junglinster à la gare, d’autres plus importants seront instaurés. Deux nouvelles lignes seront créées au départ de Peppange et Itzig à destination du Cents. Passant par la capitale, ces deux trajets changeront de nom sur le territoire de la capitale pour pouvoir transporter d’autres passagers. Idem pour la ligne reliant Oberanven au P+R Bouillon qui traversera ainsi la ville, devenant la ligne 1 sur le territoire de Luxembourg-ville.

Pour permettre aux usagers de s’y retrouver, une campagne d’information sera lancée à la fois via des affiches dans les bus et sur les arrêts de bus des lignes concernées, mais aussi par la distribution aux futurs terminaux RGTR de cartes d’information disponibles en deux langues.