POLITIQUE & INSTITUTIONS

Réorganisation au Findel

Les fonctionnaires de l’Ana maintiennent la pression



controle_aerien_findel_2.jpg

À deux jours de la deuxième réunion de conciliation, les fonctionnaires de l’Ana donnent de la voix pour s’opposer au projet de réorganisation voulu par François Bausch. (Photo: Maison moderne / archives)

À deux jours de la deuxième réunion de conciliation sur la réforme de l’Administration de la navigation aérienne (Ana), la représentation du personnel et la Guilde luxembourgeoise des contrôleurs aériens dénoncent d’une seule voix «la mise aux enchères» de leur administration.

Déclenchée en novembre 2015, au lendemain du débat d’orientation sur le Findel tenu à la Chambre, la procédure de conciliation concernant l’avenir de l’Ana se poursuit. Après une première réunion qui s’est tenue le 3 février dernier, une deuxième se tiendra vendredi. L’occasion pour la représentation du personnel (RPAA), associée à la Guilde luxembourgeoise des contrôleurs aériens, de rappeler leurs revendications.

Dans un communiqué commun publié jeudi, les deux organisations dénoncent une nouvelle fois la décision de François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures (MDDI), de «transférer une partie des compétences de l’Administration de la navigation aérienne vers la société commerciale Lux-Airport».

Interrogations autour de Tom Weisgerber et de Félicie Weycker

Outre ce qu’ils considèrent comme «une décision prise sans le moindre dialogue avec les fonctionnaires et, de plus, de façon inopinée», les membres de l’Ana s’offusquent principalement du fait «qu’une société privée devienne le décideur responsable d’une administration de l’État».

Pour appuyer leur démonstration, la RPAA et la Guilde n’hésitent pas à mettre en avant ce qu’elles considèrent comme «des conflits d’intérêts potentiels» de la part de certains conseillers du ministre, également présents au board du conseil d’administration de Lux-Airport. Une référence directe aux «président et respectivement vice-présidente» de l’instance dirigeante de la société gestionnaire des terminaux du Findel, à savoir Tom Weisgerber et Félicie Weycker. Pour les membres de l’Ana, «il est légitime de soulever la question [de savoir s’ils] sont en mesure d’agir en toute objectivité».

Sollicités jeudi, ni le MDDI ni les responsables de Lux-Airport n’ont souhaité réagir à ces propos. Pour rappel, le personnel de l’Ana est soutenu à la fois par l’OGBL et la CGFP. Cette dernière n’avait d’ailleurs pas hésité à affirmer son opposition à toute «privatisation de l’Ana» et à qualifier l’attitude de François Bausch «d’exemple d’arrogance politique».