ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Comment accompagner l’évolution de l’organisation de l’entreprise entraînée par la transformation digitale?

Les entreprises doivent jouer le jeu


Retour au dossier

2_900x600_indiv_stany_wyrzykowski-c2d_system.jpg

Si les grandes organisations ont déjà sauté le pas de la transformation digitale, nombreuses sont les PME à prendre conscience aujourd’hui seulement de la nécessité de ce changement. Comment peuvent-elles y recourir? Réponses avec Stany Wyrzykowski, managing director de C2D System House.

Une opportunité pour l’entreprise

La transformation digitale désigne le processus qui consiste, pour une entreprise, à intégrer les technologies digitales dans l’ensemble de ses activités. Elle s’articule autour de trois axes fondamentaux: business model, expérience client et organisation. En d’autres termes, elle ébranle tous les piliers sur lesquels repose l’entreprise.

La transformation digitale s’articule autour de trois axes fondamentaux: business model, expérience client et organisation.

Stany WyrzykowskiStany Wyrzykowski, Managing director (C2D System House Luxembourg)

Pour les PME, il s’agit d’une tâche pas si facile à mettre en œuvre, tant le monde de l’IT peut parfois être éloigné de leur corps de métier. Pourtant, dans un monde de plus en plus connecté, les entreprises ne peuvent plus faire l’impasse sur le numérique. «Comme c’était le cas lors de l’introduction de l’ordinateur pour la gestion des entreprises, il est maintenant indispensable d’adapter sa stratégie d’accès des données pour garder son avantage concurrentiel», explique Stany Wyrzykowski. En effet, la transformation digitale représente bien une opportunité pour les sociétés, quelle que soit leur taille. «Qu’il s’agisse d’une grande organisation ou d’une entreprise de petite taille, digitaliser les processus permet d’avoir accès aux informations en temps réel. La transformation digitale permet donc aux entreprises d’être plus efficaces et peut représenter un gain de productivité allant jusqu’à 40%», précise Stany Wyrzykowski. À certaines conditions néanmoins.

Ouverture et rigueur

Si la transformation digitale n’échappe à aucun secteur d’activité, elle varie beaucoup d’une entreprise à une autre et d’un domaine à un autre. Ainsi, une start-up (dont l’activité est justement liée au numérique – on parle de «digital native») et une PME pré-numérique n’auront pas la même approche de ce changement. «La première démarche à mettre en place repose sur une accessibilité complètement digitale et à jour des données comptables en interne et en externe», explique Stany Wyrzykowski.

La première condition pour bien réussir sa transformation digitale est d’être ouvert au changement.

Stany WyrzykowskiStany Wyrzykowski, Managing director (C2D System House Luxembourg)

Pour passer au mieux le cap et mettre sur pied une bonne stratégie, des sociétés sont spécialisées dans l’implémentation de solutions numériques et dans l’accompagnement vers le changement. «Nous accompagnons nos clients dans la transition afin de la rendre attractive pour les équipes et rentable à court terme», poursuit le directeur de C2D System House, qui propose un partage sécurisé entre les fiduciaires et leurs clients pour accéder aux documents électroniques ou encore l’hébergement du site e-commerce en lien direct avec la gestion commerciale. Bien sûr, ce changement sous-entend également que l’entreprise joue le jeu. «La première condition pour bien réussir sa transformation digitale est d’être ouvert au changement. Ensuite, il faut que l’ensemble du personnel adopte une certaine rigueur pour automatiser au maximum les procédures en place. En effet, le système doit être bien préparé à recevoir les données de manière automatique.»

Un processus bien connu

On prend l’entreprise par la main pour s’assurer qu’elle maîtrise bien tous les tenants et aboutissants de ses nouvelles méthodes de travail.

Stany WyrzykowskiStany Wyrzykowski, Managing director (C2D System House Luxembourg)

Au fond, il faut que les entreprises comprennent que la transformation digitale a commencé bien avant aujourd’hui, en somme dès les années 1990 (ou même avant), avec le passage à l’informatique. Aujourd’hui, on y ajoute la dématérialisation des données, le traitement de l’information et la gestion des flux. «C’est donc un processus que les entreprises connaissent bien», rassure Stany Wyrzykowski. Si la procédure d’implémentation peut prendre de 3 à 6 mois, quelques jours sont nécessaires pour accompagner l’entreprise vers ce changement. «En quelque sorte, on prend l’entreprise par la main pour s’assurer qu’elle maîtrise bien tous les tenants et aboutissants de ses nouvelles méthodes de travail.»