POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Législatives 2018

Le DP milite pour un congé parental de 18 mois



_dsc7514-correction-tag_preview.jpg

Parmi les idées défendues par Corinne Cahen, présidente du DP, figure une imposition identique entre parents mariés, pacsés ou vivant en concubinage. (Photo: Nader Ghavami / archives)

Ayant fait le choix de dévoiler progressivement leur programme électoral, les libéraux ont présenté lundi le volet intitulé «Investir dans l’avenir des citoyens». Avec comme volonté affichée de «laisser plus d’argent aux gens».

À quatre mois des élections législatives, le DP a présenté lundi une partie de son programme. Consacré non pas au modèle de croissance, mais à la répartition des richesses, ce chapitre a été résumé par la phrase de Corinne Cahen, présidente du DP: «Nous voulons laisser plus d’argent aux gens.»

Partant du principe que les ménages doivent tirer parti de la bonne santé économique du pays, l’actuelle ministre de la Famille assure qu’«il y a encore de la marge pour cibler des allégements en direction des familles monoparentales ou des classes moyennes». Pour y parvenir, les libéraux souhaitent poursuivre l’individualisation des impôts entamée lors de la réforme fiscale «et ne plus faire de différence entre les ménages mariés, pacsés ou simplement concubins dès lors qu’ils sont parents».

Retour aux congés supplémentaires cumulables

Selon les libéraux, les besoins actuels de la population tourneraient non seulement autour de revenus plus élevés, mais aussi de plus de temps libre. D’où l’idée de mettre en place «un congé parental plus», d’une durée totale de 18 mois. «Les six mois supplémentaires ne seraient pas rémunérés, mais l’État prendrait en charge les cotisations pour la sécurité sociale et la retraite», assure Corinne Cahen, qui se dit «confiante» dans les éventuelles négociations avec les partenaires sociaux sur ce sujet.

Même chose en ce qui concerne la flexibilisation du temps de travail, que le DP souhaite encore développer via une période de référence d’un an et un retour aux congés supplémentaires cumulables. «Ce qui devrait motiver les salariés à travailler le dimanche, par exemple», assure Corinne Cahen.