PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Pour les salariés du secteur bancaire

L’ABBL recommande de ne pas verser la prime de juin



abbl_001_1024.jpeg

Face au refus des syndicats d’accepter l’«effort important» consenti, l’ABBL annonce qu’elle recommandera aux banques de ne pas verser la prime de conjoncture de juin. (Photo: David Laurent/archives)

L’association patronale annonce lundi que les discussions menées depuis décembre avec les syndicats n’ont pas permis d’aboutir à un accord quant à la prolongation d’un an de la convention collective 2014-2016, et indique que les salariés n’auront pas de prime de conjoncture.

Alors que les dernières informations issues des syndicats faisaient état de relatives avancées dans les négociations en cours sur la future convention collective bancaire, l’ABBL annonce lundi le rejet ferme d’une proposition syndicale. Celle de voir la convention 2014-2016 renouvelée pour une année. La raison principale en serait, selon l’organisation patronale, le refus «des trois syndicats» de la proposition visant à «sauver le paiement de la prime de juin, en plus d’une enveloppe de 1%, déclinée en une partie ‘mérite’ de 0,45%, et une augmentation du budget formation de 0,55%, afin d’assurer l’employabilité de nos salariés».

Qualifiée d’«effort important» par l’ABBL, cette offre a été déclinée par l’Aleba, l’OGBL-SBA et le LCGB-SESF, qui ont plaidé en front commun pour le versement de la prime de juin et «une augmentation linéaire de 1% des salaires», selon le communiqué patronal publié lundi. Un chiffre pourtant en-deçà des revendications inscrites dans le cahier de revendications communes, qui tablait sur une hausse de 1,5% pour 2017 et 2018, et de 2% pour 2019.

Communication des syndicats mercredi

Le refus en bloc des syndicats pousse l’ABBL à qualifier la situation de «regrettable», et à assurer déplorer de «devoir recommander aux banques de ne pas payer la prime de conjoncture en juin 2017». Une décision justifiée par «l’absence d’un accord transitoire pour l’année en cours», la convention collective ayant été dénoncée complètement en décembre 2016 par les représentants des directions de banques. Malgré ce constat d’échec, l’ABBL assure qu’elle «mettra tout en œuvre pour que les négociations continuent de manière constructive».

Selon l’Aleba, principal syndicat de la Place contacté par Paperjam.lu, cette annonce «ne met pas fin aux discussions, mais à l’enterrement d’une proposition faite par les syndicats». Ces derniers feront d’ailleurs une communication officielle commune mercredi matin.