POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

#Celebratingluxembourg

«La loyauté engendre la fiabilité»



lux_munster06_georges_lentz_ld_1024.jpg

Georges Lentz Jr.: «Ceux qui ne connaissent pas le Luxembourg ont une image de marque plutôt négative: trop petit, trop ennuyeux, trop riche, trop paysan, trop ceci, trop cela.» (Photo: Luc Deflorenne /archives)

Maison Moderne a choisi de placer l’année 2017 sous le signe de Celebrating Luxembourg pour mettre en lumière celles et ceux qui contribuent au rayonnement du pays à l’étranger. La série se poursuit avec Georges Lentz Jr., l’administrateur délégué de la Brasserie Nationale (Bofferding).

La bière est une question de famille chez les Lentz. Issu de la lignée à l’origine de la création de la brasserie Funck-Bricher (en 1794), Georges Lentz Jr. est entré dans l’entreprise familiale en 1975. Il participera notamment au processus de fusion réalisé avec la brasserie Bofferding à Bascharage (fondée, elle, en 1842) pour former la Brasserie Nationale, qui est depuis la première brasserie de la région.

Monsieur Lentz, votre travail contribue au rayonnement à l’international du Luxembourg. Quand en avez-vous pris conscience pour la première fois?

«Lors d’une présentation de notre brasserie en Chine. Il fallait bien sûr parler du Grand-Duché. Nous avons évoqué la richesse du pays, l’un des plus riches au monde, notre relation avec la Chine bien avant les relations diplomatiques officielles – M. Franck était ami personnel de Mao Zedong –, les nombreuses banques chinoises établies au Grand-Duché, etc.

Après cette présentation, nos amis chinois n’ont cessé de demander des informations supplémentaires sur le pays et sont venus nous rendre visite.

Comment se positionne l’industrie brassicole luxembourgeoise à l’international?

«Elle se positionne d’abord comme un acteur régional. En France et en Belgique, les grandes brasseries sont détenues par des multinationales. Les brasseries luxembourgeoises se positionnent en tant que brasseries locales/régionales.

Après un premier contact quelquefois difficile, nous lions des relations loyales.

Georges Lentz Jr., administrateur délégué de la Brasserie Nationale

Peut-on parler d’un savoir-faire typiquement luxembourgeois?

«Il n’existe pas de savoir-faire brassicole typiquement luxembourgeois. Mais notre approche commerciale reste typiquement luxembourgeoise. Après un premier contact quelquefois difficile, nous lions des relations loyales qui se transforment en relations amicales sur le long terme.

Le Luxembourg est un pays «fiable, dynamique et ouvert». Reconnaissez-vous le Luxembourg dans ces mots-clés retenus par le gouvernement?

«La loyauté engendre la fiabilité. Le Luxembourg est aussi un pays ouvert, comme le montrent les 45% d’étrangers résidents. Et plus de 50% des bières vendues au Grand-Duché proviennent de l’étranger.

Que vous disent vos interlocuteurs à l’étranger sur le Luxembourg?

«Pour ceux qui connaissent le pays, les éloges sont nombreux. Ceux qui ne le connaissent pas vraiment ont une image de marque plutôt négative: trop petit, trop ennuyeux, trop riche, trop paysan, trop ceci, trop cela.

Et qu’est-ce que vous leur répondez pour leur donner envie de visiter le Luxembourg?

«Méthode infaillible: tout d’abord, nous les invitons à une visite guidée de notre brasserie, accompagnée d’une dégustation de nos bières. La bière étant un lubrifiant social, le premier pas vers une image positive de notre pays est fait…

À quelle occasion êtes-vous particulièrement fier du Luxembourg?

«Quand M. Schleck gagne le Tour de France, quand M. Juncker devient président de la Commission européenne, quand la presse étrangère ne tarit pas d’éloges sur la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne, quand des étrangers prennent leur retraite au pays, quand des Américains viennent réclamer leur passeport luxembourgeois…»

L’aventure #CelebratingLuxembourg continue sur celebratingluxembourg.com pour découvrir toutes les personnalités.