POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

#Celebratingluxembourg

«Ouvrir l’huître pour voir la perle»



sylvia-camarda_1024.jpg

Sylvia Camarda: «Un pays petit ne peut être que fiable, car on se connaît tous.» (Photo: Maison Moderne Studio)

Maison Moderne a choisi de placer l’année 2017 sous le signe de «Celebrating Luxembourg» pour mettre en lumière celles et ceux qui contribuent au rayonnement du pays à l’étranger. La série se poursuit avec Sylvia Camarda, danseuse et chorégraphe.

Elle a dansé pour les plus grands noms de la danse contemporaine et travaille aujourd’hui comme chorégraphe en portant divers projets au Luxembourg et ailleurs. Sylvia Camarda mène aussi le projet Move!, une série d’émissions sur la danse réalisée pour Arte.

Madame Camarda, votre travail contribue au rayonnement à l’international du Luxembourg. Quand en avez-vous pris conscience pour la première fois?

«J'ai eu la chance très tôt dans ma carrière de danseuse de pouvoir travailler avec des compagnies de danse de renommée internationale comme les Ballets C de la B ou Jan Fabre, puis le Cirque du Soleil. Je pouvais ainsi représenter mon pays autrement qu’en portant le nom d’une banque. J’ai pu voyager dans le monde entier sur des grandes scènes comme Madison Square Garden, LA Staples Center, Palais des Papes, en étant chaque fois la seule danseuse luxembourgeoise. Grâce à ce parcours de danseuse, qui m’a ouvert certaines portes ou plutôt scènes en tant que chorégraphe, j’ai pu continuer sur cette lancée pour montrer que les artistes luxembourgeois avaient aussi quelque chose à dire!

Comment se positionne la danse luxembourgeoise à l’international?

«Malheureusement, on ne peut pas parler de ‘danse luxembourgeoise’ comme on parle de ‘danse belge’ ou de ‘danse allemande’ - on en est bien loin. Notre pays n’a pas non plus le même nombre d'habitants, mais notre empreinte luxembourgeoise prend doucement forme.

Peut-on parler d’une chorégraphie typiquement luxembourgeoise?

«Eh bien oui! Elle est même inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est la Sprangprozessioun à Echternach. Une danse typiquement luxembourgeoise avec trois pas en avant et deux pas en arrière. Plus sérieusement, le multiculturalisme et le multilinguisme du Luxembourg rendent la danse particulièrement intéressante comme mode d’expression, puisqu’elle n’est pas liée à une langue.

Luxembourg est un pays «fiable, dynamique et ouvert». Reconnaissez-vous Luxembourg dans ces mots-clés retenus par le gouvernement?

«Fiable, oui. Un pays petit ne peut être que fiable, car on se connaît tous. Dynamique, encore oui. La Belle au Bois dormant a été embrassée par son prince, représenté dans ce cas par l’ouverture du marché du travail et bien sûr par l’université. Ouvert, oh que oui. Un pays où l’on parle autant de langues ne peut être qu’ouvert.

Que vous disent vos interlocuteurs à l’étranger sur le Luxembourg?

«Ils me disent ‘ahahah, le secret bancaire est maintenant terminé, qu’allez-vous devenir?’ et ils me demandent quand je déménage.

Celebrating Luxembourg

Et qu’est-ce que vous leur répondez pour leur donner envie de visiter le Luxembourg?

«Que beaucoup de monde pense que le Luxembourg est ennuyeux, mais qu’il est comme une huître: dès qu’on l’ouvre, on commence à voir la perle.

À quelle occasion étiez-vous particulièrement fière du Luxembourg?

«À chaque fois que l’on parle de l’accord de Schengen!»

L'aventure #CelebratingLuxembourg continue sur celebratingluxembourg.com.