ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

#Hubradar

IBM achète Red Hat pour 34 milliards de dollars



shutterstock_1076119268.jpg

IBM vient d’acheter la société Red Hat (célèbre pour sa version du système d’exploitation libre Linux), l’un des acteurs les plus connus de l’open source. (Photo: Shutterstock)

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

IBM s’offre Red Hat pour la modique somme de 34 milliards de dollars

Il s’agit de la troisième plus importante acquisition dans le secteur technologique aux États-Unis: IBM a annoncé dimanche l’acquisition de Red Hat (célèbre pour sa version du système d’exploitation libre Linux), l’un des acteurs les plus connus de l’open source, représentant un chiffre d’affaires d’environ 3 milliards de dollars par an. L’open source fait désormais partie intégrante du fonctionnement des grandes entreprises et des géants de l’internet comme Google et Facebook (et même Microsoft). D’un géant du matériel informatique, IBM est en grande partie devenue une entreprise centrée sur les services, et collabore depuis longtemps avec Red Hat. La grande question est de savoir si les deux sociétés sauront cohabiter. Selon IBM, Red Hat fonctionnera comme une unité autonome au sein de son organisation, son leadership restant inchangé.

Des funérailles «instagrammables»

Toussaint oblige, Numerama s’intéresse à l’arrivée d’Instagram dans le secteur du funéraire: sur Instagram, le hashtag #funeral compte plus de 550.000 occurrences. Le mot-clé #funeralflowers donne à voir un peu plus de 60.000 gerbes de fleurs. Outre les photos de bouquets d’enterrement que l’on peine à distinguer des bouquets de mariage, des entreprises tentent aussi de rendre tendances d’autres objets liés aux funérailles. On peut ainsi voir des cercueils design (en forme de Lego par exemple) ou des plaques funéraires, que les proches des défunts n’hésitent pas à dévoiler sur les réseaux sociaux. Tanguy Châtel, sociologue et conférencier, raconte: «Le numérique s’est invité jusque dans les cérémonies. Il y a des gens qui font des selfies lors d’enterrements (il existe même un Tumblr dédié, Selfies at funerals), et on trouve des QR code sur des tombes, que l’on doit scanner avec son téléphone pour arriver sur des pages d’hommage». Alors, instagrammable, mais à quel prix?

L’IA humanoïde Sophia obtient son visa

Lors d’une tournée mondiale pour le compte de son créateur, Hanson Robotics, de Hong Kong, Sophia, l’IA humanoïde a fait escale dans le Caucase cette semaine. La raison? Lui accorder le tout premier visa au monde jamais accordé à un robot, et ça en deux minutes. Comment? Grâce à Asan, une agence gouvernementale en Azerbaïdjan qui a permis de réduire la bureaucratie en créant des centres uniques pour la fourniture de services au public. Dans un centre Asan, une personne peut enregistrer une naissance, un décès, un mariage ou un divorce, obtenir un passeport, renouveler son permis de conduire, enregistrer une entreprise, obtenir une consultation juridique gratuite, et bien plus encore. Afin de souligner sa parenté électronique avec Sophia et sa capacité à fournir des services de gouvernement électroniques, Asan lui a délivré un visa électronique à son arrivée à l’aéroport international de Bakou.