POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Accord de Paris

Carole Dieschbourg «fâchée et déçue» par Trump



trump_dieschbourg.jpg

Selon Carole Dieschbourg, la sortie des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat pourrait créer une nouvelle dynamique positive. (Photo: DR)

La ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, regrette profondément la décision du président américain, Donald Trump, de retirer les États-Unis de l’accord de Paris. La ministre écologiste estime néanmoins que cela peut créer une nouvelle dynamique positive.

La ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, annonçait ce vendredi matin que l’Union européenne et la Chine allaient formuler une «déclaration commune» pour réaffirmer leur soutien aux engagements de Paris.

Carole Dieschbourg ajoutait qu’elle avait également pris contact avec ses homologues allemand et français pour coordonner les étapes suivantes. Elle espère, en outre, que les chamailleries entre l’Allemagne et la France en ce qui concerne la répartition des efforts cesseront pour de bon.

Une autre déclaration fut formulée par la «High Ambition Coalition», une coalition qui souhaite faire plus que le minimum prévu par l’accord de Paris. Les 23 États signataires de la déclaration, dont le Luxembourg, l’Allemagne, la France et notamment des îles du Pacifique, affirment vouloir poursuivre leurs efforts en direction d’une «économie plus durable et plus compétitive».

Nouvelle dynamique

Tandis que Carole Dieschbourg est «fâchée et déçue» de la décision de Donald Trump, elle aurait observé une tendance qui montrerait que de plus en plus de monde se soucierait de la qualité de vie et de la stabilité.

Les déclarations de certains entrepreneurs américains, du public et des États fédérés comme New York, Washington ou encore la Californie, indiqueraient que la majorité des Américains souhaiteraient continuer leurs efforts pour combattre le réchauffement climatique.

Au vu des nombreuses réactions aux États-Unis et à l’étranger, la ministre de l’Environnement luxembourgeoise estime que l’annonce de Donald Trump pourrait «créer une nouvelle dynamique».

Isolationnisme

«Donald Trump ne représente pas à lui tout seul les États-Unis», répétait Carole Dieschbourg ce vendredi. 

Qualifiant la décision du président américain d’«erreur», qui ne mènerait qu’à davantage d’isolement de Donald Trump, la ministre luxembourgeoise rappelait également que, selon elle, la sortie des États-Unis de l’accord de Paris durerait de toute façon «trois à quatre ans».