ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Architecture et technologie

«Mettre les outils technologiques au service de l’humain»



Bernard Randaxhe devient chief digital officer de M3 Architectes et coordonne le programme Fit4Digital pour le bureau. (Photo: DR)

Bernard Randaxhe devient chief digital officer de M3 Architectes et coordonne le programme Fit4Digital pour le bureau. (Photo: DR)

Les bureaux d’architecture sont, eux aussi, confrontés aux défis technologiques. C’est pourquoi le bureau M3 Architectes a choisi de postuler pour le programme Fit4Digital de Luxinnovation et de nommer Bernard Randaxhe chief digital officer pour mener à bien ce changement.

Le bureau M3 Architectes est en train de faire évoluer ses méthodes de travail. Déjà impliqué dans le BIM, aussi bien dans sa mise en œuvre que dans la réflexion-cadre de cette nouvelle méthode, et utilisant au quotidien des outils numériques pour concevoir les projets et gérer les équipes, M3 Architectes a souhaité aller encore plus loin dans son processus de digitalisation. C’est pourquoi il a choisi de postuler au programme Fit4Digital proposé par Luxinnovation .

«Ce programme s’étend sur un an et permet de faire un audit complet de nos besoins et des possibilités technologiques qui sont offertes», explique Bernard Randaxhe, récemment nommé chief digital officer et en charge du pilotage de ce changement en interne. «En tant qu’architectes, nous sommes des fournisseurs de services, avec un grand besoin d’évolution et d’adaptation en fonction de nos clients et des types de projets. Pour nous soutenir dans cette mission, nous devons utiliser des outils numériques adaptés, performants, mais qui répondent aussi parfaitement aux processus internes et aux besoins individuels. Il s’agit de technologie, mais il s’agit aussi beaucoup d’humain», insiste-t-il.

Analyser, comprendre, trouver une solution

Pour accompagner le bureau dans cette démarche, un consultant est missionné pendant toute la durée du programme. M3 Architectes a choisi de travailler avec Nvision . Avec cette dernière, le bureau va pouvoir recenser les besoins internes, analyser les processus déjà existants et pointer les améliorations et optimisations possibles. «Nos outils sont nombreux et performants, mais trouver la solution qui permette de gérer une équipe de 50 personnes tout en y associant plusieurs dizaines de projets à différentes échelles reste un enjeu. Il est impératif que nous restions dans le train de l’évolution et que nous puissions répondre à la demande de nos clients, qui est une conjonction de plus de rapidité et de plus d’efficacité, tout en prenant en compte les évolutions des technologies utilisées par nos architectes qui utilisent le BIM, passent de la conception 2D à la 3D. Il y a beaucoup d’évolutions et de mutations à gérer en même temps et ce programme va nous aider à trouver une solution personnalisée, ouverte et évolutive.»

En tant que chief digital officer, Bernard Randaxhe doit faire le lien entre les membres de l’équipe, les exigences du métier et les outils numériques qu’il connaît grâce à ses expériences précédentes. «Pour parvenir à cela, il faut associer une bonne connaissance du métier, des procédures internes et un esprit de synthèse», précise-t-il. «Ce qui m’importe, c’est de trouver une technologie performante, mais surtout qui correspond aux besoins de nos équipes. L’objectif de cette démarche est de pouvoir renforcer la communication interne et externe, et de pouvoir se concentrer sur l’architecture plutôt que sur des difficultés technologiques.»