POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

Comment les mesures Covid évoluent chez nos voisins



Lassée des mesures régionales incohérentes et des discussions sans fin autour de celles-ci, Angela Merkel a repris la main via la loi «coup de frein d’urgence». Emmanuel Macron a, ce lundi, estimé illusoire la réouverture de l’horeca fin mai là où le virus circule beaucoup. (Photo: Shutterstock)

Lassée des mesures régionales incohérentes et des discussions sans fin autour de celles-ci, Angela Merkel a repris la main via la loi «coup de frein d’urgence». Emmanuel Macron a, ce lundi, estimé illusoire la réouverture de l’horeca fin mai là où le virus circule beaucoup. (Photo: Shutterstock)

La Belgique et la France ont amorcé un relâchement des mesures prises pour faire face à la troisième vague épidémique. D’autres sont envisagées à moyen et à plus long terme. En Allemagne, la loi «coup de frein» prise par le Bundestag est entrée en vigueur samedi.

France

Les élèves de l’école fondamentale ont pu tous retourner en classe ce lundi. Mais des mesures strictes restent d’application, et la détection d’un cas entraînera la fermeture de la classe. Les collégiens pourront en faire de même dès le 3 mai, sauf dans les 15 départements les plus touchés où la demi-jauge par classe restera d’application en 4e et 3e année. Les lycéens continuent à suivre leurs cours en alternant présentiel et distanciel.

Le 3 mai marquera la fin des attestations et de l’interdiction des déplacements de plus de 10km. Un terme presque officiel au 3e confinement.

De nouvelles mesures pourraient être prises à la mi-mai avec la réouverture des terrasses, des commerces, des activités culturelles et des équipements sportifs.

Le couvre-feu? Rien n’est encore officiel, mais lors d’une visite d’une école, ce mardi, le président Emmanuel Macron a indiqué que le gouvernement pourrait envisager de le décaler, car «19 heures, c’est très tôt». Cela ne sera envisageable qu’à la mi-mai. En attendant, il reste interdit, sauf dérogation, de circuler entre 19h et 6h.

Emmanuel Macron a aussi précisé que le déconfinement se fera par étape, la suivante étant fixée à la mi-mai, puis début juin et mi-juin. Mais «tout dépendra des résultats obtenus». Le président estime ainsi illusoire de croire que l’on pourra ouvrir fin mai ou en juin les restaurants dans les départements où le virus circule beaucoup. Mais «il faudra les ouvrir dans les départements où cela a beaucoup baissé».

Belgique

Après un mois de fermeture, les métiers de contact (coiffeurs, salon d’esthétisme, salons de tatouage…) ouvrent à nouveau ce lundi 26 avril, mais avec des protocoles stricts à respecter.

Les commerces non essentiels sont à nouveau ouverts librement, alors que, jusque-là, il fallait prendre rendez-vous ou acheter en click & collect.

Les achats alimentaires et essentiels peuvent à nouveau se faire à deux personnes.

La bulle extérieure passe de 4 à 10 personnes, mais en respectant les mesures sanitaires (masque, distanciation…).

Dans les écoles, l’enseignement se fait à 100% sauf pour les 3e, 4e, 5e et 6e années du secondaire qui continuent de fonctionner en mode hybride. Une mesure qui pourrait être revue le 3 mai. Dans l’enseignement supérieur, 20% des cours sont autorisés en présentiel.

À partir du 3 mai, des événements culturels extérieurs pourront regrouper au maximum 50 personnes. Des tests seront menés en intérieur. Dans tous les cas, port du masque et distanciation seront obligatoires.

De nouvelles mesures sont envisagées pour le 8 mai: événements de clubs en extérieur pour 25 personnes au plus, et réouverture des terrasses selon un protocole très strict. Elles ne seront cependant appliquées que si un certain taux de vaccination est atteint et si la pression se fait nettement moins forte dans les unités de soins intensifs des hôpitaux, ce qui est hélas loin d’être le cas.

Allemagne

D’un Länder à l’autre, la situation peut être assez différente. Ou plutôt pouvait. Car la chancelière Angela Merkel en a eu assez des réunions interminables et des disparités régionales. Et a donc repris la main. Malgré des manifestations impressionnantes, le Bundestag a voté une réforme de la loi sur la protection contre les infections, appelée «loi coup de frein d’urgence» qui pourra être appliquée jusqu’au 30 juin. 

En plus de mesures locales déjà strictement appliquées à prendre en considération sur le site du Centre européen de la consommation , depuis ce samedi 24 avril, d’autres peuvent s’imposer automatiquement à tous les Länder du pays selon l’évolution du taux d’incidence:

- Couvre-feu dans toutes les régions ou villes où le taux d’incidence dépasse 100 pour 100.000 habitants, et cela trois jours de suite. C’est la première fois qu’un couvre-feu pourrait être imposé aux Allemands. Qui ne pourront donc plus circuler, sauf quelques exceptions, entre 22h et 5h. Le taux d’incidence moyen en Allemagne est de 160, et a même atteint 164 samedi.

- Une prise de rendez-vous et un test négatif seront aussi nécessaires pour faire ses courses dans des magasins non essentiels. Si le taux d’incidence est supérieur à 150, seul le click & collect sera autorisé.

- Les élèves des écoles seront testés deux fois par semaine. Si le taux d’incidence dépasse 100, les cours en présentiel ne se feront que partiellement. Et totalement à distance si le taux est de 165 ou plus.

- Théâtres et salles de concert ferment à nouveau leur porte.

- Si la loi est appliquée dans une ville ou région, les familles ne pourront plus recevoir d’autres personnes sous leur toit, sauf des enfants de moins de 14 ans.

Et la Sarre fait partie des premières régions touchées puisque selon les chiffres officiels le comté de Merzig-Wadern  a connu un taux d'incidence de 100 pour 100.000 habitants trois jours de suite.  La zone a donc été reconfinée  dès ce mardi. Le reste du Land en fera de même jeudi.

Avant tout déplacement vers la Rhénanie-Palatinat ou la Sarre , conseil est donné de bien se renseigner sur les mesures qui y sont appliquées et les contraintes pour y accéder.