POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Anniversaire

Luxinnovation garde une économie d’avance



284733.jpg

Regarder vers l’avenir – Pour Sasha Baillie, CEO de Luxinnovation, la célébration des 35 ans de l’agence est l’occasion de montrer où l’économie va aller. (Photo: Anthony Dehez/Archives)

L’agence nationale de promotion de l’innovation Luxinnovation célèbre, ce jeudi 14 novembre, son 35e anniversaire, mais en tournant les yeux davantage vers l’avenir que vers son passé.

Luxinnovation a vu le jour en 1984 dans le sillage d’une prise de conscience européenne de la nécessité d’investir en recherche et développement et dans l’innovation technologique. Une réaction face à la montée en puissance de ce qu’on appelait encore les «pays nouvellement industrialisés» – Tigres asiatiques en tête.

Sans université, sans centre de recherche, le Luxembourg avait un effort de rattrapage à consentir encore plus ample que ses partenaires. L’anecdotique «service de promotion commun d’assistance à l’innovation», piloté par le ministère de l’Économie, la Chambre de commerce et la Fédération des industriels ­luxembourgeois (Fedil), compte aujourd’hui 70 collaborateurs et un coup d’avance sur l’évolution de l’économie grand-ducale.

«L’objectif de la célébration des 35 ans est certes de regarder vers le passé et les 35 dernières années d’innovation au Luxembourg – tout ce qu’a fait Luxinnovation en interaction avec une panoplie d’acteurs au Grand-Duché, confirme Sasha Baillie , CEO de Luxin­novation, mais aussi de regarder vers ­l’avenir en montrant vers où l’économie va aller.» À savoir l’économie des données et le développement durable, dans la lignée de la stratégie Rifkin.

«Notre keynote speaker Alex Pentland (chercheur au MIT, spécialisé dans le big data et la protection de la vie privée, ndlr) évoquera le potentiel de l’économie des données et ­comment l’accès aux données peut nous aider à atteindre nos ­objectifs de ­dé­­veloppement durable. Et nous avons aussi impliqué des jeunes, qui témoigneront de ce que signifie l’innovation pour eux. L’évé­nement est donc largement axé vers l’avenir.»

Orientation et prospection

Un avenir pour lequel Luxin­no­vation a ajusté son champ d’ac­­tion. «Nous nous sommes refoca­­li­sés sur notre mission essen­tielle: le soutien et l’accompagnement des entreprises dans l’innovation, précise Mme Baillie. Le gouvernement a pour objectif de développer l’économie de manière durable et ne peut le faire qu’avec les entreprises qui constituent le tissu économique de notre pays. Notre mission consiste à les guider dans cette direction, mais aussi à capter de leur part les défis et les opportu­nités qui apparaissent afin de répondre à leurs besoins tout en tenant compte de leur expertise.»

Cet échange s’avère également crucial pour la deuxième mission originelle de Luxinnovation: attirer au Luxembourg de nouvelles activités ou entreprises présentes à l’étranger. «Nous veillons à ce que cela se fasse en ligne avec les objectifs du gouvernement dans le développement de chaque secteur, ajoute Mme Baillie. Nous évaluons ce qui est pertinent pour le Lux­­em­bourg, ce qui manque dans son écosystème et ce qui se passe à l’étranger, pour ensuite aller chercher les compétences et le savoir-faire complémentaires à ce que le tissu économique luxembourgeois comporte déjà.»

L’agence est justement en train d’identifier les besoins pour développer l’économie des données en tenant compte de chaque secteur: santé, cybersécurité, industrie manufacturière… Un travail réalisé «main dans la main» avec le ministère de l’Économie et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en s’appuyant sur les responsables des sept clusters lancés depuis 2001 par l’agence: AutoMobility, HealthTech, Creative Industries, CleanTech, ICT, Wood, Materials & Manufacturing. «L’innovation vient de la collaboration entre les acteurs publics et privés, canalisée par Luxinnova­tion», souligne Mme Baillie.