POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Covid-19

Le long chemin du Luxembourg vers l’immunité collective



Le Luxembourg se rapproche lentement de l’immunité collective. (Photo: Romain Gamba/archives Maison Moderne)

Le Luxembourg se rapproche lentement de l’immunité collective. (Photo: Romain Gamba/archives Maison Moderne)

Une équipe de recherche du Centre luxembourgeois de biomédecine systémique (LCSB) estime qu’avec environ 3.000 inoculations par jour, le Grand-Duché serait en mesure d’atteindre l’immunité collective d’ici avril. Toutefois, au rythme actuel, la réalité semble moins prometteuse.

Dans leur document de recherche, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par leurs pairs, le professeur Alexander Skupin et son équipe ont tenté de mieux comprendre l’épidémie au Luxembourg et de la comparer à celle d’autres pays, à savoir l’Autriche, qui a eu des réactions similaires à la pandémie en ce qui concerne les mesures de confinement et autres, et la Suède, qui a eu une approche très différente de la pandémie au début.

En examinant l’évolution de la crise sanitaire dans ces différents contextes et en considérant comment l’efficacité de certaines mesures plutôt que d’autres se reflétait dans la saturation des hôpitaux, l’objectif était d’étudier comment la vaccination, combinée au ralentissement des interactions sociales, pouvait contribuer à immuniser environ 70% de la population de manière raisonnable, mais aussi le plus rapidement possible afin d’atteindre une immunité collective.

Atteindre l’immunité collective d’ici la fin de l’année?

«Nous avons supposé qu’en vaccinant une personne avec une seule injection, et compte tenu du niveau d’interactions sociales de décembre et de notre système de santé, si nous pouvions immuniser 3.000 personnes par jour, nous aurions pu atteindre l’immunité collective vers le mois d’avril. Évidemment, cela impliquerait un grand nombre de vaccins, qui ne sont pas disponibles actuellement et ne le seront probablement pas dans les prochaines semaines. Donc, si l’on se contente de 1.500 vaccinations par jour, on atteindrait l’immunité collective vers le mois de juillet, au milieu de l’été», a déclaré le professeur Skupin à Delano.

Toutefois, il admet que cela semble plutôt irréaliste pour le moment, étant donné que le Luxembourg vaccine actuellement à un rythme beaucoup plus lent, avec un maximum d’environ 400 à 500 inoculations par jour, et compte tenu du fait que les vaccins Pfizer-BioNTech ainsi que Moderna nécessitent tous deux deux injections par personne. «Si nous avions 500 personnes vaccinées par jour, cela signifierait 250 vaccinations par jour. À ce rythme, nous atteindrions à peine l’immunité collective d’ici la fin de l’année», admet M. Skupin. C’est pourquoi les mesures de restriction continueront à jouer un rôle-clé dans le ralentissement de la propagation du Covid-19 au Grand-Duché, selon les chercheurs.

Mais que se passera-t-il lorsque le Luxembourg atteindra enfin l’immunité collective? Les masques seront-ils oubliés aussi vite qu’ils sont devenus un nouvel élément essentiel? Les restaurants rouvriront-ils, et une interaction sociale illimitée sera-t-elle à nouveau possible? Selon M. Skupin, une fois que la majorité de la population sera immunisée contre le virus, le choix de la manière d’agir se fera beaucoup plus au niveau individuel qu’au niveau sociétal.

«Ce que nous faisons actuellement, avec ces mesures, c’est, d’une part, nous protéger directement, mais, dans une plus large mesure, contribuer effectivement à la suppression de toute la pandémie, ce qui, en fin de compte, nous protège à nouveau, mais indirectement. Comme nous abaissons la courbe, la probabilité d’être infecté par une personne que vous rencontrez au hasard est également plus faible. Ces mesures et nos changements dans les interactions sociales se situent en fait davantage au niveau de la société pour contribuer collectivement à l’aplatissement de la courbe, alors qu’une fois que nous avons atteint l’immunité collective, il s’agit davantage d’une décision concernant notre propre santé, et nous pouvons alors décider.»

Vers une solution européenne

Toutefois, compte tenu de la position stratégique du Luxembourg au milieu de l’Europe et des dizaines de milliers de frontaliers qui traversent chaque jour les frontières de différents pays, l’immunité collective ne suffira probablement pas à elle seule à empêcher le virus d’entrer au Grand-Duché. C’est pourquoi un effort collectif à l’échelle européenne serait d’une importance cruciale, selon M. Skupin. «Si les navetteurs vont au restaurant et font leurs courses ici, ils participent beaucoup plus à l’interaction sociale dans le pays, et cela peut avoir un effet. C’est également la raison pour laquelle, du point de vue scientifique, nous faisons pression pour une solution européenne afin de pouvoir aborder ce problème à l’échelle européenne.»

En outre, des incertitudes persistent en matière d’immunité, notamment en ce qui concerne les données limitées dont on dispose actuellement pour savoir si un individu, une fois immunisé, sera encore capable de transmettre le virus. «En général, je dirais que la probabilité que vous transmettiez ensuite le virus est plutôt faible, car, lorsque vous êtes immunisé, cela signifie que votre système immunitaire tue le virus. Ainsi, quand il arrive, le système immunitaire le sait et le tue, ce qui signifie que, si vous êtes immunisé, votre charge virale est vraiment, vraiment faible, et la probabilité que cette faible charge virale puisse infecter quelqu’un d’autre est également assez faible», explique le professeur.

La menace de futures mutations?

De nombreuses personnes restent également sceptiques face à la quantité croissante de souches et de mutations du coronavirus qui se sont développées dans d’autres pays et qui ont également fait leur chemin au Luxembourg. Une dizaine de variants différents circulent actuellement au Grand-Duché, selon le laboratoire national LNS.

Bien que les vaccins Covid-19 déjà sur le marché soient censés offrir également une protection contre ces nouvelles mutations, M. Skupin affirme qu’il n’y a aucune garantie qu’ils pourront protéger contre les variants qui pourraient se développer à l’avenir. «Il ne peut y avoir aucune garantie pour les mutations futures. En fin de compte, ce n’est pas si différent d’un virus grippal, et nous avons un peu de chance, parce que le virus Covid ne mute pas aussi vite. […] Jusqu’à présent, nous avons quelques variants différents, mais ils ne sont pas si différents, c’est pourquoi les vaccins, pour le moment, sont très susceptibles de couvrir les mutations actuelles, mais cela ne veut pas dire qu’il ne pourrait pas y avoir un variant se produisant quelque part à un moment donné sur lequel les vaccins actuels ne seraient pas efficaces.»