PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

TAUX BAS, HAUTS RENDEMENTS (4/5)

«Il faut favoriser les actifs à rendement fixe»



274910.jpg

David Seban-Jeantet conseille notamment de parier sur des valeurs refuges comme l’or. (Photo: Société Générale)

Dans quels secteurs investir en période de taux d’intérêt extrêmement bas? Paperjam.lu vous apporte des réponses tout au long de la semaine grâce aux conseils d’experts. Pour David Seban-Jeantet, chief investment officer chez Société Générale Private Wealth Management, les actifs «réels» doivent être privilégiés.

Face à un recul des perspectives de croissance, les banquiers centraux ont entamé une nouvelle phase d’assouplissement monétaire. Ces politiques accommodantes ont toutefois pour conséquence qu’aujourd’hui, près de 35% du marché obligataire mondial affiche un rendement négatif et cette proportion atteint même 65% pour le marché obligataire de la zone euro.

La baisse des taux d’intérêt représente un réel défi pour les investisseurs, qui se demandent quel secteur privilégier dans cet environnement.

Historiquement, en période de ralentissement de la croissance et de l’inflation, il faut favoriser les actifs à rendement fixe.

Les actifs réels, immobilier ou infrastructure, peuvent offrir une alternative à l’investisseur.
David Seban-Jeantet

David Seban-Jeantet,  chief investment officer ,  Société Générale Private Wealth Management

Dans une perspective de détention à maturité, la baisse des taux condamne néanmoins l’investisseur à une perte certaine sur des obligations à taux négatif.

Les actifs réels, immobilier ou infrastructures, peuvent alors offrir une alternative à l’investisseur. Cependant, la mise en œuvre de ces stratégies d’investissement peut être plus complexe et nécessite une large surface financière. Le profil de liquidité est en outre significativement détérioré.

Autre actif considéré comme réel, l’or nous semble présenter aujourd’hui beaucoup d’attrait. C’est en effet une alternative intéressante à des obligations au rendement négatif, l’or n’étant pas frappé de cet inconvénient.

L’or constitue une réserve de valeur face à un risque de remontée à terme de l’inflation.
David Seban-Jeantet

David Seban-Jeantet,  chief investment officer,  Société Générale Private Wealth Management

L’or constitue une réserve de valeur pour l’investisseur face à un risque de remontée à terme de l’inflation sous l’action des politiques monétaires expansionnistes, mais c’est également une valeur refuge qui prend tout son intérêt en cas de récession ou de crise.

Parmi les actifs liquides, certaines actions peuvent présenter une alternative attractive à ces marchés obligataires aux rendements déprimés. Les secteurs de la consommation de base, de la santé et du luxe présentent en particulier des caractéristiques attrayantes, avec notamment d’importantes barrières à l’entrée et un niveau élevé de «pricing power».

Ces secteurs ont, de plus, historiquement démontré leur capacité à défendre leurs marges en période de ralentissement conjoncturel. Plus généralement, une stratégie d’investissement reposant sur la recherche de sociétés de qualité au modèle économique éprouvé s’avère gagnante en période de faibles croissance et inflation.