PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Taux bas, hauts rendements (2/5)

Cap sur les obligations grecques et italiennes



273806.jpg

Pour Charles Zerah, les obligations italiennes offrent un rendement attractif, «malgré un agenda politique incertain». (Photo: Carmignac)

Dans quels secteurs investir en période de taux d’intérêt extrêmement bas? Vous vous posez la question, Paperjam.lu vous apporte des réponses tout au long de la semaine grâce aux conseils d’experts. Pour Charles Zerah, gérant marchés internationaux obligataires chez Carmignac Luxembourg, il faut viser les obligations souveraines grecques ou italiennes.

Dans le contexte des taux bas actuels, il devient de plus en plus compliqué pour les investisseurs de trouver des classes d’actifs et/ou des secteurs, offrant des rendements intéressants. Cependant, nous parvenons encore à trouver quelques poches de valeurs, au couple rendement/risque attractif, au sein de l’univers obligataire.

Ainsi, au niveau des obligations souveraines, nous avons mis en place, dans nos fonds, des stratégies directionnelles et tactiques à l’instar, respectivement, de la Grèce et de l’Italie, au sein des pays périphériques européens.

En effet, nous pensons que les fondamentaux de la Grèce se sont fortement améliorés grâce à la mise en place de réformes structurelles et libérales, favorisant un regain de compétitivité pour le pays, et améliorant ainsi les perspectives de croissance.

Les fondamentaux de la Grèce se sont fortement améliorés grâce à la mise en place de réformes structurelles et libérales.
Charles Zerah

Charles Zerah,  gérant marchés internationaux obligataires,  Carmignac Luxembourg

De plus, l’arrivée au pouvoir d’un nouveau Premier ministre grec «pro-business», en la personne de Kyriákos Mitsotákis, dont l’objectif est le retour à une notation «Investment grade» dans les 18 prochains mois, devrait ouvrir de nouvelles perspectives à la Grèce et profiter aux détenteurs de dette grecque.

Dans le même temps, nous avons initié des positions tactiques via l’Italie, soutenues par l’appétit des investisseurs pour des produits offrant encore un rendement attrayant, malgré un agenda politique incertain et des contraintes budgétaires européennes.

Sur la partie crédit, nous pensons qu’il y a une aversion croissante pour le risque qui alimente la dispersion, ce qui est un excellent environnement pour les «bond pickers».

Notre portefeuille crédit se caractérise par une volonté de réduire le risque de marché tout en évitant des «bêta» chers, afin de nous concentrer par exemple sur le secteur du crédit bancaire européen, via un mix d’emprunts seniors et subordonnés. En effet, ce secteur reste très attractif grâce, en particulier, à la réduction du risque au niveau du bilan des banques. Une allocation qui devrait continuer à fournir des rendements attractifs.

Le secteur du crédit bancaire européen reste très attractif grâce, en particulier, à la réduction du risque au niveau du bilan des banques.
Charles Zerah

Charles Zerah,  gérant marchés internationaux obligataires,  Carmignac Luxembourg

Notons également notre sélection de CLO, «collateralized loan obligations», source de diversification et de décorrélation parmi les marchés obligataires.

Au sein de l’univers émergent, nous favorisons les dettes turque, égyptienne, ainsi que des obligations privées Pemex, qui présentent, à notre avis, un couple rendement/risque intéressant. Par ailleurs, nous avons également constitué une position limitée sur les devises émergentes, principalement latino-américaines (peso mexicain, réal brésilien).