POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

François Benoy (Député Déi Gréng)

«Il faudra un jour consigner les bouteilles»



240640.jpg

François Benoy (Déi Gréng) préside la commission environnement de la Chambre. (Photo: Paperjam/Archives)

Le Luxembourg s’est engagé sur la voie de la diminution drastique des déchets. Plusieurs motions ont été adoptées en ce sens jeudi à la Chambre. François Benoy, président de la commission environnement, espère que le gouvernement déposera un projet de loi avant la fin de l’année.

Le Luxembourg a déclaré la guerre aux déchets et souhaite faire baisser le nombre de kilos produits par personne au cours des prochaines années. Le député François Benoy (Déi Gréng), président de la commission environnement, veut que les objectifs et la méthode soient coulés dans la loi. Un projet de loi devrait être déposé avant la fin de cette année.

Quel était le contenu de votre motion, adoptée à l’unanimité par les députés?

François Benoy. – «Le gouvernement s’est engagé dans une stratégie ‘zéro déchet’ qu’il faut absolument mettre en œuvre. C’est indispensable dans le cadre de la lutte en faveur du climat et de l’environnement. La motion fixe des objectifs afin que le Luxembourg soit un chef de file en Europe au niveau de la prévention et de la gestion des déchets. Il faut donc des mesures fortes et ambitieuses.

La motion parle donc de lutte contre le gaspillage alimentaire, vise à responsabiliser les producteurs, à œuvrer en faveur d’un cadre qui permette à chacun de réduire ses déchets, à augmenter les centres de tri, les poubelles sélectives...

Je suis heureux qu’elle ait été votée à l’unanimité. Désormais, il faut poursuivre. On a eu une discussion à la Chambre suite au dépôt d’une pétition qui avait récolté 5.000 signatures. On a travaillé en commission, puis il y a eu ce débat public. Maintenant, on va continuer en ce sens avec comme but de transposer les directives européennes dans une loi et de se montrer très ambitieux avec la volonté de ne plus avoir de déchets à moyen terme.

Le premier ennemi, c’est le plastique?

«La production de déchets est assez stable au Luxembourg, même si supérieure à la moyenne européenne. Mais le volume de plastique a tendance à augmenter. Donc il y a du travail à faire. Il faut développer les emballages et bouteilles recyclables, et les introduire de plus en plus dans l’horeca. Selon moi, nous devons aussi donner aux gens des possibilités pour recycler, avec plus de centres de collecte, des petits centres dans les magasins... 

Puis, il y a aussi la taxation, qui donne de bons résultats dans certains pays...

«Il faudra un jour consigner les bouteilles au Luxembourg. C’est, selon moi, assez clair. Quand elles sont consignées, 99% des bouteilles sont récupérées. Une bouteille en verre peut être réutilisée 50 fois, une bouteille en plastique, 25 fois. De même, faire payer les déchets aux ménages selon le poids est aussi la meilleure solution. Là où cela existe, les volumes diminuent.»