POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Les Funérailles du Grand-DUC Jean de la place d’Armes

«Il était simple et bon»



La place d’Armes s’est remplie au début de la cérémonie religieuse.  (Photo: Paperjam)

La place d’Armes s’est remplie au début de la cérémonie religieuse.  (Photo: Paperjam)

Le long des barrières métalliques, près du palais, de la cathédrale ou sur la place d’Armes, les mots étaient les mêmes pour décrire l’attachement des anonymes au Grand-Duc Jean.

«Il était simple et bon! En plus, il nous aimait, il aimait les jeunes, il nous écoutait!» Sur la place d’Armes, Désirée est une de ces centaines de scouts qui sont arrivés dans le centre-ville pour rendre un dernier hommage au Grand-Duc Jean. Ses yeux noisette brillent de son attachement à l’ancien souverain.

Depuis huit heures du matin, malgré des giboulées de mars en retard, un vent glacial et des averses, les scouts sont omniprésents, d’abord sur la place de la Constitution puis partout en ville. Si le cœur de ville, du côté de la cathédrale, est verrouillé par la police depuis 7 heures du matin, les magasins ont à la quasi-unanimité choisit d’ouvrir normalement.

Place de la Constitution, des groupes de scouts se réunissent et s’organisent. (Photo: Paperjam)

Place de la Constitution, des groupes de scouts se réunissent et s’organisent. (Photo: Paperjam)

Deux groupes de touristes, l’un asiatique et l’autre biélorusse, découvrent Luxembourg.

Au Knuedler, les camions de retransmission des télévisions luxembourgeoise, allemande et belge cachent presque ces photos du Grand-Duc Jean qui retracent sa vie.

Au Knuedler, des photos retracent la vie du Grand-Duc Jean. Les camions de retransmission des télévisions se sont installés là. (Photo: Paperjam)

Au Knuedler, des photos retracent la vie du Grand-Duc Jean. Les camions de retransmission des télévisions se sont installés là. (Photo: Paperjam)

Assez déserte jusque-là, la place d’Armes se remplit vers 11h15, au moment du début de la cérémonie religieuse, diffusée sur l’écran géant installé pour l’occasion devant le kiosque à musique. La pluie s’est arrêtée depuis une petite demi-heure. «Le Grand-Duc Jean a aimé le Luxembourg et le Luxembourg aime le Grand-Duc Jean», dit avec justesse l’archevêque de Luxembourg, Jean-Claude Hollerich .

Son message est reçu. Dans la foule de quatre à cinq cents personnes, certains hochent la tête. «Il a toujours été simple et aimant. J’avais envie de l’accompagner dans ce dernier moment», confie Maryline, sexagénaire venue seule prendre part à distance à cette cérémonie. Autour d’elle, des couples, des familles ou des touristes qui comprennent vite ce qui se trame devant cet écran.

Le silence s’empare de la place

«Je suis venu en mémoire de mon père qui était un de ses amis proches», témoigne un monsieur.

Beaucoup ne veulent pas être interrompus dans leur recueillement. Aux premières notes du «Ons Heemecht», la plupart enlèvent chapeaux, bonnets et autres couvre-chefs dans le même mouvement d’union collective. Un silence inhabituel a pris possession de la place.

Des touristes et des shopping addicts s’arrêtent un moment et reprennent leur chemin.

La cérémonie se termine à la cathédrale, la place se vide aussi vite qu’elle s’était remplie.

Sur le boulevard Franklin Delano Roosevelt, de grosses berlines noires et des navettes de bus et minibus attendent les représentants des familles royales et des personnalités politiques venus témoigner leur soutien au Grand-Duc Henri et à la Grande-Duchesse Maria Teresa .

Les giboulées, la pluie et le vent ont surpris en ce début du mois de mai. Place d'Armes, les terrasses sont vides. (Photo: Paperjam)

Les giboulées, la pluie et le vent ont surpris en ce début du mois de mai. Place d'Armes, les terrasses sont vides. (Photo: Paperjam)

Place d’Armes, le vendeur de cacahuètes grillées fait tourner son four. «J’ai demandé au président de l’association des commerçants, Guill Kaempff , si je pouvais m’installer. Il m’a dit ‘oui, il y aura des clients et des touristes’, alors je me suis installé les quatre autres jours de la semaine.»

Lentement, en ville, la vie reprend son cours.