ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Télécommunications

HarmonyOS, l’iOS de Huawei



Huawei a profité du lancement de son nouveau système d’exploitation HarmonyOS pour présenter sa nouvelle montre connectée, la Watch 3, qui devrait embarquer une carte eSim pour pouvoir aussi téléphoner. (Photo: Huawei)

Huawei a profité du lancement de son nouveau système d’exploitation HarmonyOS pour présenter sa nouvelle montre connectée, la Watch 3, qui devrait embarquer une carte eSim pour pouvoir aussi téléphoner. (Photo: Huawei)

Toujours en guerre contre les États-Unis, qui l’ont banni il y a deux ans, le chinois Huawei a présenté cette semaine HarmonyOS, son système d’exploitation qui l’affranchit de l’iOS d’Apple et de l’Android de Google.

Les Chinois n’ont pas inventé la roue et ne vont donc pas réinventer la roue quand il s’agit de créer leur propre système d’exploitation. Deux ans après avoir été banni des États-Unis pour ses liens supposés avec le pouvoir chinois, Huawei a présenté mercredi son nouveau système d’exploitation, promis il y a deux ans, et qui reprend globalement le meilleur de chacun des deux systèmes d’exploitation existants et qui dominent le marché, iOS et Android.

Les smartphones et tablettes récents de la marque bénéficieront d’HarmonyOS dès cette année et dès l’année prochaine pour les appareils de quatre à cinq ans, qui ne pouvaient plus mettre à jour leur version d’Android.

La particularité d’HarmonyOS est de s’ériger en «hub», c’est-à-dire qu’il permettra de connecter tous les appareils connectés en même temps. Il sera par exemple possible de démarrer la cuisson avec un four (Huawei) depuis son smartphone, de passer le son d’un smartphone vers des enceintes ou même de lancer un film sur une télévision… comme c’est déjà largement le cas avec le wifi et le Bluetooth. À condition que la marque chinoise réussisse à nouer des partenariats avec les fournisseurs de produits comme les fours ou les réfrigérateurs et autres objets connectés du quotidien.

Huawei a profité de sa conférence de presse pour lancer la troisième version de sa montre connectée, la Watch 3, assez en ligne avec les précédentes, si ce n’est qu’elle comprendra, dans un horizon plus ou moins proche, une carte eSim (en négociation avec les opérateurs nationaux de téléphonie), pour pouvoir téléphoner depuis sa montre, même quand on n’a pas son téléphone.

Cet article est issu de la newsletter hebdomadaire Paperjam Trendin’, à laquelle vous pouvez vous abonner  en cliquant ici.