ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Acquisition

Le groupe Briand en passe de racheter Astron



La société Astron est spécialisée dans la construction métallique, comme les parkings en silo. En février dernier, elle a d’ailleurs inauguré le premier parking solaire à Esch-sur-Alzette. (Photo: Astron)

La société Astron est spécialisée dans la construction métallique, comme les parkings en silo. En février dernier, elle a d’ailleurs inauguré le premier parking solaire à Esch-sur-Alzette. (Photo: Astron)

Le groupe français Briand est sur le point de racheter la société Astron qui possède un site de production à Diekirch. Ce qui inquiète les syndicats.

Acteur majeur de la construction métallique, le groupe français Briand est en train de finaliser le rachat d’Astron, spécialiste de la construction d’entrepôts et de parkings métalliques.

Présent à Diekirch depuis de nombreuses années, Astron emploie entre 170 et 200 personnes dans le nord du pays. La société dispose également de deux autres sites de production, en République tchèque et en Russie. La finalisation du rachat d’Astron par Briand est actuellement en attente de l’accord de l’Autorité de la concurrence russe.

«Cela peut prendre 3 à 4 mois avant d’avoir un retour positif de l’Autorité de la concurrence russe», a souligné Michaël Gouin, directeur administratif et financier du groupe Briand. Sans cet accord, le groupe français ne souhaite pas encore communiquer sur sa stratégie à venir.

«Nous sommes un groupe familial ancré dans le secteur industriel, et notre approche s’inscrit dans la durée. Nous ne sommes pas un fonds d’investissement avec une vision à court terme. En attendant la finalisation de ce rachat et le feu vert des autorités de la concurrence de certains pays, dont la Russie, je peux uniquement souligner qu’Astron et Briand sont géographiquement complémentaires, et que nous avons la volonté de poursuivre l’activité dans les pays où Astron est présent», a encore ajouté Michaël Gouin.

Les syndicats inquiets 

Mais les syndicats OGBL et LCGB ont soulevé plusieurs inquiétudes quant à l’avenir du site de Diekirch. En premier lieu, ce rachat et cette période transitoire mettent à mal le renouvellement de la convention collective. «Nous étions justement en train de renégocier son renouvellement et, désormais, la direction nous demande d’attendre l’arrivée du futur acquéreur», a indiqué Alain Rolling, secrétaire central à l’OGBL. Manon Wilhelm, assistante syndicale en charge de l’industrie au sein du LCGB, évoque une inquiétude partagée, notamment sur l’activité à venir du site et donc des emplois. «Le groupe français Briand a trouvé un intérêt dans les activités d’Astron. Ce qui peut être une bonne chose dans la mesure où la société semble être un groupe familial. Mais nous avons des craintes, notamment sur une baisse de la production à venir et donc de la disparition, à terme, de l’atelier et des emplois, en plus du savoir-faire», a-t-elle souligné.

Les deux syndicats ont envoyé une lettre commune au groupe Briand afin de pouvoir s’entretenir avec la direction du groupe français et avoir des garanties sur l’avenir, notamment au niveau de l’emploi.

Autre sujet d’inquiétude: le projet Nordstad. L’usine d’Astron, à Diekirch, se trouve sur un terrain appartenant à l’État qui a un projet de réurbanisation de plusieurs quartiers de la ville du nord du Luxembourg d’ici 2030. Une donnée qui renforce encore un peu plus l’inquiétude des syndicats quant à l’avenir du site de production d’Astron.

À noter qu’Astron a signé un chiffre d’affaires de 95 millions d’euros et produit 70 bâtiments sur mesure par semaine sur ses trois sites. Au total, 650 personnes sont employées. À titre d’exemple, Astron est à l’origine de la construction du parking solaire Biohealth (voir photo) situé à Esch-sur-Alzette, juste à côté de la pépinière d’entreprises House of Biohealth. Inauguré en février dernier, ce parking silo avec 772 panneaux solaires installés en toiture a été le premier du genre à être construit et mis en service au Luxembourg.