PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Private Equity

Fonds d’investissement

GP Bullhound s’implante au Luxembourg



Alek Jakima, un des deux directeurs et conducting officers du nouveau bureau de GP Bullhound au Grand-Duché, a déclaré que la société est  « très attachée au Luxembourg »  après avoir reçu son agrément de gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs de la CSSF. (Photo: GP Bullhound)

Alek Jakima, un des deux directeurs et conducting officers du nouveau bureau de GP Bullhound au Grand-Duché, a déclaré que la société est « très attachée au Luxembourg » après avoir reçu son agrément de gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs de la CSSF. (Photo: GP Bullhound)

L’acteur du capital-investissement GP Bullhound a été agréé en tant que gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs au Luxembourg.

C’est officiel: GP Bullhound vient d’être agréé en tant que gestionnaire de fonds alternatifs. Suite à cet agrément, le groupe anglo-américain de banque d’investissement et de gestion d’actifs GP Bullhound a ouvert un bureau au Luxembourg à partir duquel il va consolider ses opérations de fonds de capital-investissement.

GP Bullhound possède des véhicules d’investissement domiciliés au Luxembourg depuis 2017 et avait recours à un gestionnaire de fonds alternatifs tiers pour l’aider à les gérer. Le groupe va désormais prendre en charge toutes les fonctions en interne au sein de son nouveau site luxembourgeois.

Ce changement va légèrement à contre-courant de la tendance du marché: les actifs sous gestion et les effectifs des gestionnaires tiers au Luxembourg n’ont cessé de croître ces dernières années, en grande partie sous l’effet de la décision du Royaume-Uni de quitter l’UE.

La recherche de la rapidité

La société a demandé la licence AIFM pour «gérer ses propres fonds et avoir le contrôle total de l’ensemble du processus d’investissement, de la distribution aux sorties finales», a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse. «Ces opérations ne sont tout simplement pas les mêmes lorsque vous avez le contrôle total de vos propres fonds», a déclaré Alek Jakima, directeur et conducting officer du bureau luxembourgeois de GP Bullhound, lors d’une interview accordée à Delano avant l’annonce. «Je ne dis pas que nous avons rencontré des difficultés en soi. Mais si nous avions besoin de signer un accord, ou de le faire très rapidement – et la façon dont nous opérons nécessite parfois des décisions très rapides –, nous ne dépendons de personne d’autre.»

En outre, le fait d’être un gestionnaire de fonds alternatifs «nous aide en matière de marketing», a-t-il ajouté. «Une grande partie de notre activité provient du Royaume-Uni. Alors, bien sûr, le Brexit a été une sorte de goulot d’étranglement pour nous en termes de collecte de fonds. Maintenant, nous pouvons le faire par nous-mêmes depuis le Luxembourg.»

De même, cela permet une plus grande flexibilité sur la structuration des véhicules. «Nous pouvons vraiment concevoir les fonds comme nous le souhaitons, et non comme le fournisseur le préférait. Ce n’est pas que nos fournisseurs ne voulaient pas faire les choses comme nous le voulions. Ils n’avaient pas toujours les connaissances ou l’expertise pour le faire.»

La rapidité et la flexibilité ont été les facteurs décisifs dans la recherche de la licence AIFM, mais pas le coût. «Je dirais que le coût est neutre», commente Alek Jakima.

Conseil et investissements

L’activité initiale de GP Bullhound était la banque d’investissement, conseillant les entreprises technologiques en Europe, aux États-Unis et en Asie sur les levées de fonds, la structuration, les fusions et acquisitions, etc. Elle a ensuite commencé à fournir des services de gestion d’actifs séparément, dans le domaine du capital-investissement. Le segment du capital-investissement sera le principal – mais pas le seul – centre d’intérêt de son bureau luxembourgeois. «Nous recherchons un banquier d’affaires pour nous rejoindre au Luxembourg… afin de conseiller les entreprises technologiques locales.»

Sa nouvelle implantation luxembourgeoise compte déjà six employés, un chiffre qui pourrait passer à huit ou neuf d’ici la fin de l’année, selon Alek Jakima. Parmi les autres personnes qui seront recrutées figure un nouveau gestionnaire de portefeuille.

Axée sur la technologie

L’entreprise est spécialisée dans le secteur des technologies, et en particulier dans les entreprises de l’internet et des logiciels, comme celles des médias numériques, du commerce électronique et des fintech. Elle investit «dans la phase de croissance… donc dans les entreprises qui sont déjà sur le marché et qui, selon nous, sont ou deviendront très bientôt des leaders du marché». Parmi les investissements notables de l’entreprise de 22 ans figurent Spotify, Slack et Busuu, Revolut, Klarna et DuckDuckGo faisant actuellement partie de son portefeuille.

Le secteur technologique est «celui où nous sommes les plus expérimentés. Les entreprises avec lesquelles nous traitons ou dans lesquelles nous investissons, jamais en même temps, sont des entreprises technologiques en Europe.»

De Jersey au Luxembourg

GP Bullhound gère 1 milliard d’euros d’actifs à travers tous ses véhicules, à savoir plusieurs fonds d’investissement et véhicules de co-investissement non réglementés, ainsi qu’une Spac. Environ 950 millions d’euros sont domiciliés au Luxembourg et 50 millions d’euros à Jersey.

Ses fonds sont de type fermé et ont une durée de vie maximale de 10 ans. Lorsque le dernier véhicule basé à Jersey sera fermé, tous les fonds de la société seront domiciliés au Grand-Duché, a déclaré Alek Jakima. «Nous avons commencé à Jersey, puis nous sommes passés au Luxembourg. Et, maintenant, vous pouvez voir que nous sommes très attachés au Luxembourg en y installant notre propre boutique. Tous les prochains fonds seront réalisés à partir d’ici.»

La société a déclaré que le lancement de deux nouveaux fonds – GP Bullhound Credit Solutions et GP Bullhound Fund VI – «n’est plus qu’une question de semaines».

L’entreprise cible les investisseurs institutionnels, tels que les fonds de pension et les family offices. Mais une particularité est le grand nombre de technophiles fortunés parmi sa base d’investisseurs. Ils ont fait affaire avec la société eux-mêmes ou la connaissent de réputation. «Nous sommes très fiers d’être un très grand gestionnaire d’actifs pour les entrepreneurs technologiques en Europe et aux États-Unis.»

Un hub de fonds mondial

La société a déclaré que son bureau au Luxembourg servira de «centre d’opérations et de conformité axé sur les activités de gestion de fonds, telles que la gestion de portefeuille et de risque, et sur les évaluations, la commercialisation de nouveaux fonds et les activités locales de banque d’investissement». Alek Jakima a déclaré que l’opération locale soutiendra les investissements de l’entreprise où qu’ils soient: «Nous couvrirons la gestion d’actifs pour GP Bullhound au niveau mondial.»

La société a reçu son autorisation AIFM de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) du Luxembourg le 9 mars et a officiellement annoncé le début de ses opérations au Grand-Duché le 4 avril.

La société a également annoncé lundi qu’elle avait ouvert un bureau à Zurich. GP Bullhound a déclaré qu’elle comptait environ 180 employés sur ses 12 sites. Les autres bureaux de la société sont situés à Londres, San Francisco, New York, Paris, Hong Kong, Berlin, Stockholm, Madrid, Manchester et Marbella.

La société souhaite jouer un rôle important dans la communauté technologique luxembourgeoise et «ne pas se contenter d’être un gestionnaire de fonds alternatifs» au Grand-Duché, déclare Alek Jakima. Elle vise à «conseiller l’ensemble de l’écosystème technologique au Luxembourg, à être réellement présente. C’est très important pour nous.» GP Bullhound n’est «pas seulement au Luxembourg à cause du Brexit».

Cet article a été écrit pour Delano , traduit et édité pour Paperjam.