POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Fédération des jeunes dirigeants

Georges Krombach fustige les tabous des entrepreneurs 



Georges Krombach a puisé dans son expérience acquise aux États-Unis pour élaborer son programme. (Photo: FJD)

Georges Krombach a puisé dans son expérience acquise aux États-Unis pour élaborer son programme. (Photo: FJD)

Fraîchement élu président de la Fédération des jeunes dirigeants, Georges Krombach a présenté son programme d’actions pour l’exercice 2021-2022, lors de l’AG de l’association des jeunes chefs d’entreprise, la semaine dernière.

Georges Krombach, directeur général export et produits de nouvelle génération chez Heintz van Landewyck, a pris la tête de la Fédération des jeunes dirigeants. La semaine dernière, il a expliqué les grandes lignes de son programme. Une base de travail largement inspirée par ses années passées à travailler aux États-Unis. En poste à New York pendant un peu plus de deux ans, entre 2018 et 2020, il a occupé le poste de responsable du développement commercial de Heintz van Landewyck. Pendant son séjour outre-Atlantique, il a également assumé la direction de la communication numérique pour la plateforme de renseignements sur les consommateurs Talkwalker.

Dans le détail, le programme d’actions de Georges Krombach pour la FJD se concentre sur ce qu’il appelle «les sept plus grands tabous des dirigeants du Luxembourg».

Le premier tabou, affirme-t-il, est l’ambition. «La force intrinsèque d’aller plus loin, plus haut […], n’est guère appréciée au Grand-Duché», affirme M. Krombach. Il cite également l’argent, l’éducation, la diversité, le rayonnement international – «notre pays n’est plus un champion de l’exportation depuis un certain temps», dit-il –, l’échec et la politique comme des sujets qui, pour diverses raisons, sont encore tabous parmi les chefs d’entreprise luxembourgeois.

Parmi les principaux objectifs du FJD figurent la poursuite de la promotion de l’esprit d’entreprise au Luxembourg, la mise en place d’un environnement propice à l’entrepreneuriat, la contribution pragmatique à l’innovation et l’encouragement de l’échange constant d’idées et de bonnes pratiques ainsi que la création d’un réseau de professionnels issus de différents secteurs économiques. 

Pour rappel, Georges Krombach a pris la relève de Laurent Decker à la tête de la FJD, qui comptait 568 membres en 2020 dont 38% ont moins de 45 ans.

Cet article a été écrit pour Delano, traduit et édité pour Paperjam.