ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Alimentation

Food4All se prépare à intégrer le Nutri-Score



Alors que le Luxembourg a rejoint le projet Nutri-Score, F4A le proposera dans son application pour savoir si un produit est considéré comme bénéfique ou pas pour la santé. (Photo: Shutterstock)

Alors que le Luxembourg a rejoint le projet Nutri-Score, F4A le proposera dans son application pour savoir si un produit est considéré comme bénéfique ou pas pour la santé. (Photo: Shutterstock)

Food4All travaille à proposer le Nutri-Score sur son application dans les magasins Delhaize. Pour amener les industriels à être plus vertueux, et les consommateurs à être plus regardants quand ils le peuvent.

Quand? C’est encore trop tôt pour le dire. Mais le lauréat des premières Start-up Stories de Paperjam, Food4All (F4A) travaille au déploiement du Nutri-Score, initiative née en France en 2017, et que le Luxembourg est en train de rejoindre en adaptant sa législation. Cet indicateur, de A à E et du vert au rouge, permet de classer les produits alimentaires en fonction de toute une série de critères et devrait être adopté en mai prochain au niveau européen.

À partir de là, rien ne s’opposera à ce que la start-up, qui a fait de la lutte contre le gaspillage alimentaire sa mission, intègre ce code couleurs dans son application, ce qui permettra au consommateur de scanner le QR code d’un produit et de savoir directement s’il est ou pas recommandé par les comités scientifiques et techniques qui se mettent en place dans sept États membres .

L’Agence française de santé publique, qui coordonne le déploiement de cet indicateur, a publié début mars une version consolidée de toutes les questions que l’on peut se poser à propos du Nutri-Score.

Une nouvelle étude publiée dans le British Medical Journal et menée par l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren) au Centre de recherche épidémiologie et statistiques (Cress) sur plus de 500.000 personnes dans 10 pays européens montre un lien entre le Nutri-Score des aliments consommés et la mortalité de 53.112 participants, qui ont renseigné régulièrement leur mode d’alimentation entre 1992 et 2015.

«Nous avons montré un lien entre une alimentation plus élevée d’aliments moins bien scorés au Nutri-Score, donc de moins bonne qualité nutritionnelle, et un risque accru de mortalité. Mortalité au global, mais aussi mortalité par cancer, maladie cardiovasculaire, maladie du système respiratoire, ou encore du système digestif», expliquait à France Inter Mathilde Touvier, chercheuse à l’Inserm et coordinatrice de cette étude.

L’application Yuka, lancée dès 2017, réunit 20 millions de personnes, dont 14 en France autour de ce score, qu’elle décline avec une note sur 60 pour la qualité nutritionnelle, 10 pour la dimension «bio» et 30 pour les additifs.

Ce n’est pas la seule nouveauté de F4A, qui annonce aussi son arrivée chez l’enseigne alimentaire bio Nature Elements, implantée à Howald. Nature Elements figure parmi les acteurs les plus engagés au Luxembourg, et propose une gamme de produits variés, tels que des produits alimentaires, de l’alcool, des compléments alimentaires, des produits d’hygiène corporelle, ainsi que des produits d’entretien écologiques.

Cette nouvelle collaboration va permettre à F4A d’augmenter la sélection des produits disponibles sur l’application et d’améliorer l’accessibilité des produits en date courte pour le consommateur, et par conséquent d’éviter que ceux-ci ne soient jetés. F4A souhaite s’engager davantage avec les distributeurs d’aliments naturels et biologiques, production essentielle pour promouvoir un système agricole plus durable et assurer une meilleure préservation des ressources naturelles, mais aussi pour encourager des habitudes d’achat et de consommation d’aliments plus sains.

Outre les propositions de trois nouvelles recettes chaque jour avec les produits en fin de parcours qu’on peut acheter auprès de ses partenaires (Delhaize, Proxy Delhaize, Naturalia, Pall Center), F4A permettra aussi sous peu de calculer les émissions de CO2 économisées grâce à l’achat des produits sauvés de la destruction dans ses magasins partenaires.

Cet article est issu de la newsletter hebdomadaire Paperjam Trendin’, à laquelle vous pouvez vous abonner  en cliquant ici .