ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Covid-19

Comment bars et restaurants préparent la Fête nationale



Pour la veille de la Fête nationale, lundi prochain, les bars s’attendent à recevoir du monde, mais moins que les autres années. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Pour la veille de la Fête nationale, lundi prochain, les bars s’attendent à recevoir du monde, mais moins que les autres années. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Les bars et restaurants luxembourgeois prévoient une Fête nationale à effectif réduit à cause du coronavirus et des règles sanitaires. Barbecue, DJ… Certains prévoient quand même quelques événements et augmentent leurs stocks pour la soirée. D’autres s’attendent à un lundi soir classique.

Sans feu d’artifice, concerts en plein air et nuit blanche, la Fête nationale de 2020 ne ressemblera pas aux autres, avec le Covid-19 . Les bars et restaurants de Luxembourg-ville préparent quand même l’événement .

Comme le Tempo: «Chez nous, ce sera le barbecue du siècle», vante son chef, Morris Clip. Lundi soir, à la veille du 23 juin, les clients auront le choix entre le filet de bœuf ou le homard grillé, intégrés dans un menu à 55 euros. À déguster dedans ou dehors. Le restaurant est déjà complet et recevra environ 110 personnes. «L’année dernière, nous avions fait quelque chose de plus soft. Cette année, nous avons tous besoin de faire plus, les gens ont envie de sortir. On fera la Fête jusqu’à minuit, puisqu’après, c’est proscrit.»

Un «excellent lundi» en perspective

Au Rock Solid, le programme reste flou. «On s’est vite posé la question», admet Sébastien Thiry, le propriétaire. L’an dernier, le bar situé dans la ville haute avait fait venir un DJ. Pour 2020, «nous avons demandé à la Commune la possibilité d’installer une tireuse à bière dehors, mais nous n’avons toujours pas de réponse». Les bars n’ayant le droit de servir que leurs clients à table, cela leur permettrait, si la demande était acceptée, d’«assurer un service de boissons en take-away».

«Nous sommes certains qu’il y aura du monde en ville, car c’est une veille de jour férié», prévoit Sébastien Thiry. Mais, «pas autant que d’habitude. Toute la clientèle de passage ne viendra pas, parce qu’il n’y aura pas de festivités en ville, ce seront seulement les plus fidèles.» L’année dernière, il avait servi plus de 1.500 personnes sur la soirée du 22 juin. «C’est la journée la plus importante pour les bars du centre, on fait autant qu’en un week-end complet.» Pour la semaine prochaine, il a quand même augmenté ses commandes de 40%. Contre +100% pour les Fêtes nationales sans Covid. «Je crois qu’on aura trop. Ce ne sera pas la folie, mais un excellent lundi», résume-t-il.

Capacités limitées

La Fête nationale représente une grosse journée aussi pour le bistrot Beim Renert, place Guillaume II. Normalement fermé le lundi, il ouvrira quand même le 22 au soir, mais ne servira que des boissons. «Il y aura du monde en ville, mais moins que d’habitude», se projette Pepe Busca, le patron. Alors, pas de comptoir à l’extérieur comme l’an dernier. «Nous avons augmenté les stocks de 30 à 40% pour la semaine prochaine, mais c’est parce qu’il va faire beau, pas pour la Fête nationale.»

Le Paname, près de la gare, n’a pas abandonné sa soirée DJ. Elle terminera juste plus tôt: à minuit, au lieu de 3h du matin. «On pourra danser à côté des tables en respectant les distances de sécurité», révèle Michelle Primc, gérante. Elle ne s’attend pas non plus à un afflux de clients et n’a donc pas beaucoup augmenté ses stocks pour l’occasion. «De toute façon, nous ne pouvons pas servir au bar et avons un nombre de places limité», justifie-t-elle. Les capacités du restaurant ont diminué de 30% avec les règles sanitaires, sans compter la perte des clients qui restaient debout. «Nous essayons de garder une bonne ambiance», positive-t-elle, bien qu’elle attende avec impatience de nouveaux assouplissements. Le Paname mise surtout sur son brunch du 23 juin, un événement qui «marche toujours très bien». Le bar compte déjà une cinquantaine de réservations pour le lundi soir et le mardi matin, soit la moitié de ses capacités.

Un soir comme les autres

D’autres ont moins le cœur à la fête. «Normalement, nous n’allons rien faire de particulier», lance Diogo Leal, le gérant du Scott’s Pub dans le Grund. Il n’a pas spécialement augmenté ses commandes, puisque, comme partout, le nombre de places est limité. «Nous sommes à plus ou moins 50% de nos capacités.» Son espoir: que «les clients commencent la soirée plus tôt, vu que tout ferme à minuit». Dans tous les cas, il n’a pas prévu d’installer de bar à l’extérieur comme les années précédentes, où la veille de Fête nationale représentait «une très grosse journée».

La question se pose encore moins hors de la capitale. Les quelques bars interrogés à Esch-sur-Alzette disent ne jamais organiser de grandes festivités pour l’occasion. Lundi soir, la plupart ouvriront donc normalement.