PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Voyage

Faillite de Thomas Cook: mais que fait l’assurance?



269207.jpg

Thomas Cook s’est déclaré en faillite lundi 23 septembre et va organiser le rapatriement de 600.000 vacanciers d’ici le 6 octobre. (Photo: Shutterstock)

Le voyagiste britannique Thomas Cook s’est déclaré en faillite lundi 23 septembre. L’assurance-voyage ne couvre généralement pas ce type de situation; l’Europe prend le relais.

600.000 vacanciers sont actuellement en attente d’informations: leur voyagiste Thomas Cook s’est déclaré en faillite lundi 23 septembre et va organiser leur rapatriement entre cette date et le 6 octobre, en faisant appel à l’aviation civile et au gouvernement britannique, étant donné l’ampleur de la tâche.

Parmi ces 600.000 personnes, 150.000 Britanniques ont été dénombrés, environ 140.000 Allemands ou encore près de 10.000 Français.

«Après le 6 octobre, vous devrez vous-même prendre vos dispositions pour votre voyage. À partir d’un petit nombre d’endroits, les passagers devront réserver leurs propres vols de retour»,  explique Thomas Cook sur son site .

Législation européenne

Comment fonctionnent alors l’indemnisation et la prise en charge du rapatriement des vacanciers? Toutes les personnes ayant acheté un voyage «à forfait» (par exemple un vol et un hébergement) sont protégées par la législation européenne dite «Atol» (Air Travel Trust Fund): elles seront totalement remboursées au titre de l’annulation de leur futur voyage ou de leur rapatriement.

«Ce service de remboursement s’efforcera de traiter tous les remboursements dans les deux mois suivant la réception d’un formulaire de demande dûment rempli», lit-on sur le site du voyagiste.

Sauf que l’affaire pourrait se compliquer si jamais le Brexit intervenait le 31 octobre sans qu’un accord n’ait été trouvé. Le voyagiste et les 150.000 vacanciers britanniques ne seraient alors plus protégés par la législation européenne ATOL, ne faisant plus partie de l’Union européenne...

Faillite déclarée

Complexité supplémentaire: Atol entre en jeu en cas de faillite de l’entreprise. Or, Thomas Cook s’est pour l’instant déclaré insolvable uniquement en Grande-Bretagne, ce qui bloque l’intervention d’Atol dans d’autres pays.

«Concernant les remboursements, nous ne pouvons prendre aucun engagement à ce jour tant que Thomas Cook France n’est pas placé en cessation de paiements», est-il ainsi indiqué sur le site français du voyagiste .

Selon le ministère luxembourgeois des Classes moyennes et du Tourisme, les voyagistes basés au Luxembourg souscrivent bien un fonds de garantie auprès du fonds belge GFG, qui a déjà porté secours à 24.000 clients depuis sa création, pour un montant proche de 10 millions d’euros.

Thomas Cook y est bien affilié, mais, là aussi, ce fonds de garantie n’interviendra que si l’entreprise dépose le bilan en Belgique, ce qui n’est pas encore le cas.

Vacanciers hors forfait

Et quid des vacanciers qui n’ont acheté qu’un vol sec ou un hébergement (hors transport) dans une agence du réseau Thomas Cook, et qui ne rentrent donc pas dans le cadre d’Atol?

L’assurance-voyage peut-elle alors jouer pour les personnes concernées qui en auraient souscrit une?

« Les assurances voyages ne couvrent pas ce type de situation. Cependant, si nos clients devaient se trouver à l'étranger dans une situation difficile, nous les aiderions à rejoindre leur domicile», indique Jean-Luc David-Henriet, product manager pour l’assurance des particuliers chez AXA Luxembourg.

La compagnie assure entre autres les sociétés de voyages Sales-Lentz, Emile Weber ou encore les vols secs souscrits en ligne auprès de LuxTravel.

«Dans le cadre de l’assurance-voyage, nous prenons par exemple en charge les problèmes de l’assuré et de ses proches, comme un accident ou une maladie, ainsi que des situations aléatoires, comme les grèves. Par ailleurs, les assureurs se sont désintéressés de la couverture liée aux faillites depuis l’entrée en vigueur d’Atol», ajoute Jean-Luc David-Henriet.