PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Pour résumer

Le pour et le contre du private equity



Pour les investisseurs comme pour les investis, le private equity a ses avantages comme ses inconvénients, qu’il est important de connaitre avant de se lancer. (Illustration: Shutterstock)

Pour les investisseurs comme pour les investis, le private equity a ses avantages comme ses inconvénients, qu’il est important de connaitre avant de se lancer. (Illustration: Shutterstock)

Le private equity comme produit miracle qui redonne du sens à la finance et se met au service de l’économie et de la croissance? Par nature, le produit miracle n’existe pas. Les bons côtés vont de pair avec les côtés plus sombres. Tout est une question de points de vue et de timing.

Avantages

Pour les investisseurs: du potentiel…

Le private equity offre une perspective de plus-value intéres­sante à long terme et donne aux investisseurs l’opportunité de participer à la création d’entreprises innovantes ou à la croissance de celles-ci. Un plus pour les entrepreneurs dans l’âme.

Pour les investisseurs: du rendement…

En plus des atouts du private equity en termes de décorré­lation, les professionnels mettent en avant la surperformance sur le long terme vis-à-vis des autres classes d’actifs. Jusqu’à deux ou trois points de rendement supérieurs par rapport aux actions.

Pour les investis: un parfait alignement des planètes…

Un des intérêts mis en avant par les tenants du private equity est le parfait alignement des intérêts des investisseurs, du gérant de fonds et de la société dans laquelle l’argent est investi. Les premiers se rémunèrent sur la performance de l’entreprise, alors que cette dernière bénéficie des capitaux, de l’expérience, voire du relationnel.

Un outil indispensable à la croissance

Le capital-investissement possède de solides arguments pour répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain: il est créateur d’innovations, garant de la pérennité des entreprises et accélérateur de croissance. Il est devenu un complément crédible aux marchés traditionnels.

Un outil indispensable à la préservation de la souveraineté économique européenne

Face aux fonds extra-européens, pourquoi ne pas favoriser l’émergence de fonds européens de private equity qui peuvent apporter des fonds propres dans les entreprises européennes dans le besoin, éventuellement pour financer leur développement?

Inconvénients

Pour les investisseurs:… mais aussi des risques

Le principal risque étant de ne pas recevoir de retour sur investissement, ou de ne pas récupérer son capital en cas d’échec de l’entreprise soutenue. Ce qui, dans le cas de start-up et autres sociétés innovantes, n’est pas un cas d’école. D’où l’intérêt de s’assurer que l’équipe de gestion a les plus grandes chances d’être efficace. Il faut également mentionner l’illiquidité du secteur. Quand on y investit, c’est pour des années.

Pour les investisseurs:… un rendement remis en question

Une remise en question qui a fait du bruit dans le secteur et dont les conclusions divisent: selon Ludovic Phalippou, professeur d’économie financière à l’université d’Oxford, «les performances des fonds de capital-investissement sont équivalentes à celles des indices d’actions cotées depuis au moins 2006». Autour de 11% par an. Dans son étude An Inconvenient Fact: Private Equity Returns & The Billionaire Factory, outre cette idée reçue, il remet en cause l’inflation des frais de gestion et des rémunérations des gérants outre-Atlantique.

Pour les investis:… mais des interférences, parfois

Dans la grande famille du private equity, on trouve également le LBO (leveraged buy-out). Ce type de financement s’adresse plutôt à des entreprises matures devant faire face à des problé­matiques de transmission patrimoniale et de changement d’actionnaire. Ici, le système est basé sur l’endettement. Et l’effet de levier est tel que, bien souvent, le cash-flow dégagé par l’entreprise sert à financer les intérêts de la dette. Et les profes­sionnels de cette branche sortent beaucoup plus rapidement du capital d’une société qu’un capital-risqueur. Ce qui met beau­coup de pression à la société financée. L’optique est purement financière, et toute la dimension accompagnement disparaît.

Un outil qui contribue à la financiarisation de l’économie

Les questions que suscitent les pratiques des professionnels des LBO, qui favorisent la financiarisation des entreprises, entendue comme une modification de leurs stratégies, sont de plus en plus orientées vers les actionnaires au détriment des autres parties prenantes de la firme. Est-ce un hasard? Les méchants dans les thrillers financiers hollywoodiens sont plutôt des adeptes du LBO que du capital-investissement.

Une menace pour l’indépendance économique

Il faudrait se méfier du private equity. Grâce à lui, beaucoup d’entreprises européennes – des pépites – passent sous le giron de compagnies américaines et chinoises. De fait, ces fonds ont une force de frappe supérieure aux fonds européens. Qui sont d’ailleurs le plus souvent des fonds nationaux, voire multinationaux.

Cet article a été rédigé pour l’édition magazine de  Paperjam datée d’avril  qui est parue le 24 mars 2021.

Le contenu du magazine est produit en exclusivité pour le magazine, il est publié sur le site pour contribuer aux archives complètes de Paperjam.

Cliquez sur ce lien pour vous abonner au magazine.

Votre entreprise est membre du Paperjam Club? Vous pouvez demander un abonnement à votre nom. Dites-le-nous via  [email protected]