POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Une géopolitique sans boussole (5/5)

L’énorme enjeu d’un Green Deal



295816.jpg

Florence Pisani, directrice de la recherche économique chez Candriam. (Photo: Pierre Chiquelin pour Candriam)

Élection aux États-Unis, Brexit, guerre commerciale avec la Chine, place de l’Union européenne dans le monde... les paramètres de la boussole macroéconomique risquent de s’affoler en 2020. Entre perceptions, éléments tangibles et projets politiques, nos experts donnent le cap. Cette série se termine avec Florence Pisani, directrice de la recherche économique chez Candriam..

Autour de 1%, la croissance de la zone euro est faible et vulnérable à tout choc négatif. Redonner de l’élan à la croissance est donc important. Mais avec des marges de manœuvre monétaires désormais réduites, seul un changement d’orientation de la politique budgétaire pourrait le permettre.

Beaucoup d’espoirs reposent sur la Commission européenne et l’agenda ambitieux proposé par sa nouvelle présidente: Ursula von der Leyen s’est donné cent jours pour mettre en place un «green deal» et faire de l’Europe «le premier continent à atteindre la neutralité climatique» d’ici 2050. L’Europe a ici une carte à jouer. Depuis des années maintenant, la mise en concurrence des territoires et des modèles sociaux avec l’élargissement conduit inexorablement à une montée de l’euroscepticisme.

Quant aux plus jeunes, l’intégration européenne est, pour eux, de plus en plus dénuée de sens: prêts à se mobiliser pour lutter contre le changement climatique, l’ambition des pères fondateurs de «progresser vers une union toujours plus étroite entre les peuples et les États membres» leur est étrangère, non qu’ils ne soient attachés à la paix, mais parce qu’ils n’ont plus la mémoire des guerres. L’Europe doit parvenir à regagner le soutien des opinions. «L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire», disait Bergson. Il ne tient qu’aux États membres de prendre enfin, ensemble, leurs responsabilités et d’investir pour préparer l’avenir… Une telle évolution serait sûrement saluée par les marchés!