PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Wealth management

Investir

Echiquier Climate Impact Europe, un fonds à impact innovant



Pour Paul Merle, le climat est aujourd’hui un enjeu majeur, et il est considéré que le secteur financier a son rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique en finançant les entreprises qui s’engagent sur cette thématique. (Photo: Financière de l’Échiquier/Philippe Matsas/Leextra)

Pour Paul Merle, le climat est aujourd’hui un enjeu majeur, et il est considéré que le secteur financier a son rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique en finançant les entreprises qui s’engagent sur cette thématique. (Photo: Financière de l’Échiquier/Philippe Matsas/Leextra)

La Financière de l’Échiquier (LFDE) commercialise au Luxembourg un fonds à impact dédié à la transition climatique – Echiquier Climate Impact Europe (FR0013517273).

Le fonds Echiquier Climate Impact Europe investit dans des actions européennes qui contribuent à la transition énergétique et écologique suivant un triple filtre: une analyse maison ESG (pour critères environnementaux, sociaux et de gouvernance), une analyse fondamentale et financière, et une méthodologie propriétaire qui permet d’établir le score maturité climat des entreprises. Conçue en partenariat avec la société I Care & Consult – un expert indépendant en stratégie environnementale –, cette méthodologie intègre trois critères d’évaluation.

La gouvernance climatique (qui compte pour 30% du score final d’une entreprise) prend en compte le niveau de la hiérarchie qui impulse la stratégie climatique, l’intégration des critères climatiques dans le schéma de rémunération des dirigeants ou encore la prise en compte des risques physiques ou de transition. L’engagement climat (60% du score) évalue la qualité de la feuille de route climatique, l’intégration de la biodiversité et de la chaîne d’approvisionnement ou encore la trajectoire de l’entreprise. Troisième critère, la transition juste (10% du score) prend en compte les conséquences de la trajectoire climatique de l’entreprise sur l’emploi et l’accessibilité des produits.

Représenter l’économie réelle

Ce filtre permet de distinguer trois profils d’entreprise: Les «solutions», comprendre des entreprises qui fournissent des produits et services contribuant à réduire les émissions de CO2 de leurs clients dans les domaines de l’énergie renouvelable, de l’isolation des bâtiments où de l’efficacité énergétique des processus industriels…); Les «pionniers», des entreprises dont les politiques climatiques sont les plus ambitieuses et qui, de par leur action, ont un effet vertueux au sein de leurs secteurs. «Ayant un impact systémique, elles sont déterminantes pour embarquer leur écosystème vers de meilleures pratiques», détaille Paul Merle, un des gérants du fonds; Puis, les «transitions», des entreprises qui amorcent leur transition et l’intégration des enjeux climatiques dans leur stratégie. «Une catégorie essentielle, car on ne peut contribuer à la transition climatique sans intégrer tous les acteurs de l’économie.»

La grande différence de ce fonds par rapport à d’autres produits similaires, c’est qu’il est «représentatif de l’économie réelle», selon Paul Merle. «C’est une approche pragmatique et innovante parce qu’à la différence d’autres fonds climat qui se concentrent sur des entreprises qui apportent des solutions au changement climatique, nous avons voulu faire un fonds représentatif de l’économie réelle en partant du principe que chaque secteur à son rôle à jouer. Bien sûr, dans ce fonds, il y aura des entreprises qui apportent des solutions. Mais nous voulons également investir dans des entreprises qui sont pionnières au sein d’autres secteurs sans apporter forcément de solutions et également dans des entreprises qui apportent des solutions en termes de transition en lien avec le changement climatique dans des secteurs qui sont parfois exclus par les fonds traditionnels climats. On considère qu’accompagner et financer les acteurs qui, dans des secteurs très énergivores, s’engagent dans la transition énergétique et donc dans l’amélioration de leurs pratiques en lien avec le climat va contribuer finalement à ce que l’ensemble de la société atteigne cet objectif de la Cop21.»

Engagement et dialogue

En termes de sélection, seules les entreprises qui ont de bonnes notes ESG et qui ont un score maturité climat minimum sont potentiellement éligibles au fonds. Mais elles doivent aussi passer le filtre de l’analyse financière «parce que l’objectif est aussi de délivrer de la performance financière». Si on constate une forte progression des performances des entreprises ESG et environnementalement concernées, les valorisations se sont également envolées. «L’analyse fondamentale est aussi très importante pour ne pas investir dans des entreprises trop chères.» D’autant plus que la thématique intéresse les investisseurs et les consommateurs. «Beaucoup de monde veut participer au financement de la transition énergétique et climatique.»

Analyse financière, mais aussi dialogue: «Ce qui est important dans notre processus et dans notre approche, c’est que l’on a une dimension en termes d’engagement et de dialogue envers l’entreprise qui est très important. L’ensemble de nos analyses sont déjà réalisées en interne, et elles reposent sur les rencontres avec les managers des entreprises. Il y a une vraie volonté d’accompagnement.» La Financière de l’Échiquier a d’ailleurs le projet de créer un séminaire climat pour réunir l’ensemble des parties prenantes du fonds tous les ans, ce qui permettra aux entreprises dans lesquelles elle est investie ou dans lesquelles elle est susceptible d’investir de se rencontrer et de discuter des meilleures pratiques.

Le fonds, opérationnel depuis mi-décembre, détient en portefeuille actuellement d’environ 40 sociétés – «C’est un fonds très concentré» –, réparti à 80% dans des entreprises de grande capitalisation et à 20% dans des entreprises de petite et moyenne capitalisation. Les entreprises «pionniers» représentent environ 50% des engagements, les «solutions» environ 30%, et les «transitions» environ 20%.

Cet article est issu de la newsletter Paperjam Green, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité verte au Luxembourg.  Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.