PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

CARTE BLANCHE

«La durée d’investissement, plus importante que le moment d’investissement»


Retour au dossier

La crise du coronavirus a pesé sur les marchés et la volatilité des cours. Alors qu’il serait tentant pour certains investisseurs de penser à court terme et de réagir rapidement, Capital Group estime qu’en adoptant une vision à long terme, les investisseurs sont moins susceptibles de manquer des opportunités sur le marché et plus susceptibles de réaliser de meilleurs résultats.

Face à des crises telles que celle que nous traversons actuellement, et en particulier lorsque nous sommes confrontés à des marchés volatils, il n’est pas rare d’observer une inquiétude chez les investisseurs. Ils craignent évidemment les retombées financières à court terme, mais aussi les conséquences financières pour leur retraite. Rester impassible dans un tel environnement, surtout lorsque l’ensemble de la société est concerné, est un véritable défi. Au Luxembourg, cependant, les investisseurs semblent avoir plutôt bien réagi à la crise du coronavirus.

«La crise est née d’une urgence de santé publique, et non d’un problème avec les marchés financiers», indique Marnix van den Berge, managing director, Intermédiaires financiers Benelux, France & Nordics chez Capital Group. «Jusqu’à présent, lorsque nous observons le comportement des investisseurs luxembourgeois, ils sont globalement restés investis. Nous n’avons pas vu beaucoup de rachats, mais plutôt des souscriptions dans des fonds d’actions, des fonds d’obligations et des fonds diversifiés.»

La baisse des marchés était tellement soudaine qu’avant même que les investisseurs puissent vendre, il était déjà trop tard.

Marnix van den Berge,  managing director Benelux, France & Nordics,  Capital Group

Si les investisseurs ont continué d’investir leur argent, c’est notamment grâce au rebond rapide des marchés. En effet, les phases de contraction sont généralement suivies d’une reprise des cours. «La baisse des marchés était tellement soudaine qu’avant même que les investisseurs puissent vendre, il était déjà trop tard», poursuit Marnix van den Berge. «Nous avons discuté avec eux fin mars et début avril de ce que nous pouvions attendre du rebond du marché. Le marché s’est tellement bien redressé que la discussion a été plus positive que négative.»

L’instinct grégaire et la peur sont des réactions typiques

Il est pourtant habituel de détecter plusieurs comportements types chez les investisseurs lorsque les marchés baissent, tout comme la valeur de leurs placements. Si certains ont peur et paniquent à l’idée de tout perdre, chez d’autres, l’instinct grégaire prend le dessus. Ils adoptent alors le même comportement que le reste des investisseurs. Préférant vendre des titres lorsque les marchés reculent et se tenir à l’écart de ceux-ci, ces investisseurs peuvent manquer des opportunités d’investissement lorsque les marchés rebondissent. «Toutefois, dans cette crise, les investisseurs professionnels se sont davantage préoccupés de la durée de la pandémie que d’autre chose. Ils se sont adaptés très rapidement», a ajouté Marnix van den Berge.

Le temps, un des facteurs-clés pour l’investissement

Pour que les investisseurs puissent atteindre leurs objectifs et profiter de la retraite pour laquelle ils ont travaillé, Capital Group estime qu’il est judicieux de conserver une vision à long terme qui puisse résister aux turbulences. Le temps est en effet un élément particulièrement important lorsqu’il s’agit d’investissements. Cette vision sur le très long terme est d’ailleurs celle défendue chez Capital Group, société créée au moment de la Grande Dépression, et qui connaît donc très bien les marchés en baisse.

«Il y a des investisseurs à court terme partout. Avec nous, c’est différent. Nous croyons à l’investissement à long terme et à la gestion des portefeuilles en dépit et au-delà de la volatilité. La rémunération de nos professionnels de l’investissement est fortement influencée par les résultats des investissements sur des périodes de un, trois, cinq et huit ans. Une importance croissante est accordée à chaque période de mesure successive afin d’encourager une approche d’investissement à long terme», a expliqué Marnix van den Berge.

Essayer de ‘ jouer ’ les marchés comme des ‘ asset allocators ’ peut conduire à rater une reprise très rapide. Même lorsque les marchés sont en forte baisse, nous préférons rechercher des opportunités d’investissement.

Marnix van den Berge,  managing director Benelux, France & Nordics,  Capital Group

Cette approche à long terme peut être avantageuse pour tous les investisseurs. «Nous avons vu que le marché peut rebondir très rapidement. Essayer de jouer les marchés comme des asset allocators peut conduire à rater une reprise très rapide. Même lorsque les marchés sont en forte baisse, nous préférons rechercher des opportunités d’investissement. Nous gérons nos portefeuilles d’investissement de manière fondamentale (approche bottom-up) de sorte qu’en période de baisse importante des marchés, Capital Group se concentre toujours sur la recherche d’opportunités, plutôt que de se contenter d’arrêter et de vendre», a déclaré Marnix van den Berge.

Des solutions faciles à comprendre pour les investisseurs

Dans une situation telle que la crise actuelle, où le stress et la volatilité sont omniprésents, les investisseurs peuvent ressentir le besoin d’assimiler les solutions et les fonds mis à leur disposition afin de se sentir à l’aise, de rester investis et de continuer à poursuivre leurs objectifs d’investissement. Capital Group estime que ces solutions – qu’elles soient destinées à fournir une protection contre la baisse, à limiter les effets de la volatilité ou à réaliser une croissance – doivent être simples et faciles à comprendre.

«Dans la façon dont Capital Group gère les portefeuilles, nous restons proches de ce que nous connaissons, en restant sur les fondamentaux. La société ne va pas changer sa philosophie ou son approche d’investissement parce que nous sommes en pleine crise sanitaire. Nous croyons qu’il faut rester investi à long terme. Sortir du marché doit être une action planifiée, et non une réaction aux conditions du marché», a ajouté Marnix van den Berge.

Pour en savoir plus sur Capital Group, inscrivez-vous ici .

Disclaimer

This material, issued by Capital International Management Company Sàrl (“CIMC”), 37A avenue J.F. Kennedy, L-1855 Luxembourg, is distributed for information purposes only. CIMC is regulated by the Commission de Surveillance du Secteur Financier (“CSSF” – Financial Regulator of Luxembourg) and is a subsidiary of the Capital Group Companies, Inc. (Capital Group). While Capital Group uses reasonable efforts to obtain information from third-party sources which it believes to be reliable, Capital Group makes no representation or warranty as to the accuracy, reliability or completeness of the information. This communication is not intended to be comprehensive or to provide investment, tax or other advice.

For Netherlands: CIMC is regulated in The Netherlands through its branch by Autoriteit Financiële Markten (AFM).

© 2020 Capital Group. All rights reserved.