ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Bienvenue à l’hôtel (9/10)

Dormir en haut d’une tour, à deux pas de la Moselle



Kitty Schiffmann, présidente du Syndicat d’initiative et de tourisme de Grevenmacher, nous fait visiter un gîte pas comme les autres. (Photo: Syndicat d’initiative et de tourisme de Grevenmacher)

Kitty Schiffmann, présidente du Syndicat d’initiative et de tourisme de Grevenmacher, nous fait visiter un gîte pas comme les autres. (Photo: Syndicat d’initiative et de tourisme de Grevenmacher)

À Grevenmacher, en plus de déguster du vin et de marcher au bord de la Moselle, on peut dormir dans une tour médiévale… Présentation dans le cadre de notre opération «Un été pas comme les autres».

Depuis le lit, on peut observer les étoiles par la fenêtre en bois, posée sur le mur de pierres de la pièce en demi-cercle. Une nuit particulière, féérique pour certains, historique pour d’autres: voilà ce que propose le Syndicat d’initiative et de tourisme de Grevenmacher, en louant sa tour médiévale.

Une cuisine équipée, un salon avec canapé-lit, une chambre avec salle de bains… Le tout sur 60m2, répartis en trois étages qu’on gravit à l’aide d’étroits escaliers modernes. Avec en plus, WiFi et télévision: ce ne sont plus les mêmes conditions qu’au Moyen Âge…

La tour réhabilitée en gîte fait partie des vestiges de la ville fortifiée. (Photo: Paperjam.lu)

1 / 12

Cuisine équipée avec four, lave-vaisselle… Comme un anachronisme. (Photo: Paperjam.lu)

2 / 12

À l’intérieur du gîte, le Syndicat expose des prospectus pour inviter les clients à se balader aux alentours. (Photo: Paperjam.lu)

3 / 12

Au deuxième étage, le salon en demi-cercle, comme le reste de l’habitation. (Photo: Paperjam.lu)

4 / 12

La chambre se situe tout en haut de la tour de trois étages. (Photo: Paperjam.lu)

5 / 12

Une suite médiévale, avec la salle de bains à côté. (Photo: Paperjam.lu)

6 / 12

La ville ne sait pas encore si elle réhabilitera d’autres tours. (Photo: Paperjam.lu)

7 / 12

Le logement se situe au cœur du circuit historique. (Photo: Paperjam.lu)

8 / 12

À quelques mètres, le lavoir. (Photo: Paperjam.lu)

9 / 12

Photo d’archives de la tour.  (Photo: Paperjam.lu)

10 / 12

Depuis le parking qui borde la tour, on voit l’église de Grevenmacher. (Photo: Paperjam.lu)

11 / 12

La tour se situe aussi sur la route du vin, au bord de la Moselle. (Photo: Paperjam.lu)

12 / 12

Depuis 1252

La tour a été réaménagée en gîte entre 2012 et 2013. Des travaux à 515.000 euros avec pour objectif la promotion du tourisme et du patrimoine par la Ville de Grevenmacher, qui la cogère avec le Syndicat d’initiative de la ville. Sa présidente, Kitty Schiffmann, raconte qu’elle fait partie de la vieille ville qui a été fortifiée, «probablement en 1252, après avoir été affranchie». L’enceinte formait un carré de 280x250 mètres. À l’époque, on comptait 27 ou 28 tours et quatre portes menaient à l’intérieur de la ville. Au milieu se trouvait le beffroi, qui sert de clocher à l’église décanale depuis 1782. «La forteresse protectrice fut démantelée au 17e siècle». La tour fait partie de ses vestiges. Elle se situe en plein milieu de la promenade culturelle de la vieille ville, au cours de laquelle on croise, dans des ruelles pittoresques, un vieux lavoir ou des photos d’archive. À quelques pas se trouvent aussi un potager et un jardin aromatique. Sans oublier la Moselle et les caves à vin qui l’entourent.

La location coûte 130 euros la nuit, puis 70 euros supplémentaires par jour, avec une caution de 200 euros.

Seulement huit réservations en juillet

Elle attire tous types de touristes: des couples ou familles venus fêter un anniversaire, des voyageurs d’affaires qui préfèrent le confort du gîte atypique à celui d’une chambre d’hôtel... La plupart du temps, ils restent la semaine. Si le carnet de réservations était plein l’an dernier, ce n’est pas le cas cette année, à cause du Covid-19. «Nous avons eu pas mal d’annulations de la part d’Italiens», relève Kitty Schiffmann. La tour a ainsi accueilli seulement huit nuitées en juillet 2020, contre 21 en 2019, sur les 144 annuelles. L’annulation de la Fête du vin en septembre prochain, qui attire de nombreux visiteurs, ne devrait pas aider…

Contrairement à d’autres logements de vacances, la tour ne bénéficie pas non plus de l’effet «bons de 50 euros». Un seul de ces vouchers a été utilisé pour les réservations du mois d’août.

Malgré cette triste année, le Syndicat d’initiative, qui emploie deux personnes, ne se décourage pas et mise beaucoup sur son camping , où les réservations reprennent progressivement.

Pour la suite, rien n’est prévu concernant les deux tours qui entourent le gîte. Pas de grands projets de digitalisation non plus, mais le syndicat met en avant l’application Lauschtour, sur laquelle on peut trouver des guides audio pour visiter la ville.