POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

ENVIRONNEMENT

Déi Gréng ambitionne le «zéro déchet» à Luxembourg-ville



246964.jpg

Interdire la vaisselle à usage unique fait partie des idées incluses par Déi Gréng dans sa motion. (Photo: Shutterstock)

Les élus Déi Gréng du conseil communal de Luxembourg-ville veulent plus d’efforts et d’initiatives afin de réduire les déchets. Une motion sera déposée en ce sens vendredi.  

Il faut faire plus en ce qui concerne la politique des déchets à Luxembourg-ville. Voilà pourquoi les élus Déi Gréng proposeront une motion allant en ce sens vendredi au conseil communal.

Un véritable plan d’action

«Beaucoup de bonnes choses ont été faites ces dernières années: récolte des déchets biodégradables en 2012, adaptation de la taxe déchets en 2017... Mais il faut faire plus», commente le conseiller communal et député  François Benoy . D’autant que la quantité totale de déchets et le taux de recyclage ont tendance à stagner.

La motion qui sera présentée est aussi un plan d’action qui se développe en dix points. «La priorité est, selon nous, de définir une stratégie avec des objectifs clairs et mesurables», poursuit François Benoy. 

Parmi les mesures proposées, il y a l’interdiction de l’utilisation de plastique à usage unique dans le cadre des manifestations officielles et publiques, notamment celles organisées par la Ville ou auxquelles elle apporte son soutien. «On souhaite aussi que la Ville donne une meilleure information aux organisateurs et leur apporte une aide concrète, par exemple en mettant à disposition des gobelets réutilisables», avance encore le conseiller communal.

Une augmentation des centres de tri et de consigne figure aussi dans les priorités. Déi Gréng suggère aussi d’instaurer des collectes séparées des différentes fractions et qualités de déchets dans les établissements publics et privés, ainsi que dans les immeubles résidentiels.

Payer ses poubelles selon leur poids

La révision de la taxe sur les immondices est aussi avancée. Le projet étant de personnaliser les montants à payer selon le poids récolté ou le nombre de passages. «Plusieurs communes ont déjà instauré ce système pour les privés et les entreprises. Et cela donne de bons résultats», poursuit François Benoy.

Enfin, la motion suggère que la Ville audite ses propres pratiques pour réduire ses propres déchets. Afin d’être un exemple pour le reste du pays. «Ce serait cohérent par rapport à  la politique du gouvernement qui est clairement orientée  vers le ‘zéro plastique’ et une  réduction des déchets », conclut François Benoy.