POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

une mort suspecte

Enquête ouverte après le décès d’une vaccinée de 74 ans



La patiente décédée avait été vaccinée deux semaines plus tôt.  (Photo d’illustration: Romain Gamba/Maison Moderne)

La patiente décédée avait été vaccinée deux semaines plus tôt.  (Photo d’illustration: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le lien entre le décès d’une dame de 74 ans et sa vaccination avec le vaccin AstraZeneca n’a pu être écarté d’emblée. Un juge d’instruction a ordonné une autopsie, dont les résultats ne sont pas encore connus, afin de déterminer s’il existe ou pas.

Voilà qui va certainement attiser encore un peu plus les craintes de certains envers le vaccin de la firme AstraZeneca. Dans la nuit du 9 au 10 avril, une dame de 74 ans est décédée dans l’hôpital où elle avait été admise au Luxembourg.

Selon son médecin traitant, il s’agit d’une mort suspecte, indique un communiqué du Parquet de Luxembourg, «et, à son sens, une relation entre le décès de cette personne et sa vaccination avec le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, deux semaines auparavant, ne peut pas être exclue». Une enquête a été lancée, et le Parquet a demandé à un juge d’instruction d’ordonner à son tour une autopsie, ce qui a été fait le jour même.

L’autopsie «a été réalisée en date du 13 avril 2021, et les autorités judiciaires sont en attente des résultats».

Les responsables de la pharmacovigilance, en collaboration avec le Centre régional de pharmacovigilance de Lorraine, à Nancy, sont concernés par les devoirs d’enquête. «Le moment venu, la Direction de la santé en sera informée. En l’état actuel de la procédure, et tant que tous les éléments de l’enquête ne sont pas rassemblés, toute conclusion prématurée relèverait de la spéculation», conclut le Parquet.

Le ministère de la Santé a ensuite précisé que le décès était dû à «une hémorragie cérébrale associée à une thrombocytopénie et à une coagulation intravasculaire disséminée». Contacté par Paperjam, le ministère indique que «ces conclusions ont été faites suite à l’examen externe du corps et à la connaissance du dossier médical de cette dame. Elles ne font pas suite à l’autopsie, dont les résultats ne sont pas encore connus.»

L’autopsie ordonnée n’a donc pas pour but de dire de quoi cette dame est décédée, «mais d’établir s’il y a un lien entre les causes de ce décès et la vaccination qui avait eu lieu le 23 mars, en ce qui la concernait».

La Division de la pharmacie et des médicaments de la Direction de la santé a déclaré le cas à l’Agence européenne des médicaments par le biais du système EudraVigilance.