POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Inclusion

Rendre la culture accessible à tous les publics



Luxembourg est le premier site Unesco à proposer une visite inclusive. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Luxembourg est le premier site Unesco à proposer une visite inclusive. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Si la culture est considérée comme essentielle, elle n’est pas pour autant accessible à tous au même niveau. Les publics souffrant de handicaps sont en effet souvent exclus de l’offre culturelle, faute d’accessibilité ou de moyens adaptés à leurs besoins. Aussi, le ministère de la Culture souhaite que l’offre évolue et donne les moyens de mettre en place de nouvelles actions dirigées vers ces publics spécifiques.

Les publics à besoins spécifiques sont presque aussi nombreux qu’il existe de handicaps, qu’ils soient physiques ou intellectuels. Malheureusement, peu de structures culturelles ont les moyens et les équipes adéquats pour les accueillir correctement et répondre à leurs besoins. Les conditions d’accès et de cheminement peuvent être contraignantes, les équipes en charge des publics ne sont pas nécessairement formées, les outils d’accompagnement ne sont pas adaptés…

Quelques institutions culturelles ont tout de même choisi de prendre à bras-le-corps cette question et proposent un accompagnement inclusif à destination de tous les publics. C’est le cas par exemple de la Villa Vauban, qui a développé des sculptures à toucher et des tableaux en relief à destination des personnes souffrant de déficience visuelle, ou encore qui a mis en place une programmation spécifique développée sous le nom de «Musée pour tous».

Un nouvel audioguide

En ce qui concerne le patrimoine, le challenge peut être encore plus important. Mais pas impossible. En témoigne le travail réalisé récemment dans la zone Unesco «Luxembourg, vieux quartiers et fortifications», qui s’adresse à tous les publics, y compris les personnes handicapées. «Cette approche est non seulement nécessaire pour rendre la culture et le patrimoine accessibles à tous, mais aussi une obligation, par principe et aussi par le biais de conventions internationales», précise Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Culture, lors de la conférence de presse donnée sur ce sujet. Aussi, Luxembourg est le premier site Unesco à proposer une visite inclusive pour tous les types de déficience physique ou mentale.

Cette démarche relève aussi de la réponse apportée à la ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées datant de 2006 et à l’objectif 11 de l’agenda des Nations unies: «Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables.»

Désormais, la promenade Unesco, composée de 19 stations, est accessible aux personnes en chaise roulante, tout comme à celles qui se promènent avec une poussette. Un audioguide illustré est rendu gratuitement disponible sur l’app Izi. Travel et permet de découvrir le site à travers des commentaires sonores disponibles en luxembourgeois, français, allemand, néerlandais et anglais.

Ce même parcours est aussi disponible via des séquences filmées en langue des signes allemande, et une nouvelle brochure en langage facile (en allemand) vient d’être éditée. «La mise en place d’un guide en langage facile répond à des règles spécifiques qui sont labellisées», explique Robert Philippart, Unesco site manager. «C’est un outil qui utilise par exemple des phrases courtes, un code couleur spécifique et une disposition dans la maquette adaptée.»

La brochure «Unesco-Tour für Alle (Leichte Sprache)» est disponible au Luxembourg City Tourist Office (30, place Guillaume II, L-1648 Luxembourg) et à l’Unesco Visitor Center au Lëtzebuerg City Museum (14, rue du Saint-Esprit, L-1475 Luxembourg).

Un soutien ministériel

Afin de généraliser cette approche inclusive, le ministère de la Culture a choisi d’accompagner les structures culturelles en leur proposant la possibilité de suivre des formations adéquates et d’acquérir plus de compétences et de moyens pour accueillir les personnes avec une déficience physique ou mentale. Ces formations pourront être accessibles au personnel en charge de l’accueil du public, de la communication et de la programmation. Elles se feront main dans la main avec les associations qui accompagnent et travaillent au quotidien avec ces publics aux besoins spécifiques.

En plus de ce volet formation, une aide au développement de projets ciblés est mise en place. Il s’agit d’une aide financière destinée aux structures culturelles qui souhaitent développer des programmes et activités inclusifs, des manifestations ponctuelles ou des projets de longue durée, ainsi que la production d’outils ou de supports ciblés. Ces aides seront attribuées après avoir répondu à un appel à projets lancé par le ministère de la Culture, qui s’assurera que les structures culturelles s’associent avec un acteur social dédié aux publics cibles pour répondre au mieux à leurs besoins.