COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Aude Lemogne (Link Management)

«Cultiver l’échange avec d’autres personnes de son secteur»



Aude Lemogne: «Je suis vraiment favorable à un décloisonnement des domaines, à un échange accru d’idées et de conceptions, alors même que le monde est en train d’évoluer vers une technocratisation qui privilégie la technologie.» (Photo: DR)

Aude Lemogne: «Je suis vraiment favorable à un décloisonnement des domaines, à un échange accru d’idées et de conceptions, alors même que le monde est en train d’évoluer vers une technocratisation qui privilégie la technologie.» (Photo: DR)

Paperjam est parti à la rencontre des femmes figurant dans la liste des «100 femmes pour un conseil d’administration» publiée fin février. Pour comprendre leur vécu de la période que nous traversons. Entretien avec Aude Lemogne, co-founder et director de Link Management.

Comment avez-vous vécu cette première phase de la crise?

Aude Lemogne. – «En tant qu’entrepreneur, on est habitué à être confronté aux impondérables. Mais j’ai cependant été surprise par ce basculement quasi instantané dans une nouvelle réalité où les événements se déroulent en ‘fast-forward’: informations concernant le Covid-19 qui évoluent au jour le jour (et parfois se contredisent), effondrement des bourses avec une reprise partielle bien plus rapide qu’anticipé par beaucoup, premières grandes faillites (notamment aux États-Unis)…

Mais après réflexion, je constate que même si j’ai des défis à relever au niveau de notre entreprise et des ajustements personnels à faire, je fais partie d’une infime partie de privilégiés, vivant dans un pays avec un État providence qui nous permet de bénéficier d’une sécurité financière et sanitaire. Je pense alors à toutes les personnes qui survivent au jour le jour et que plusieurs jours de confinement font chavirer dans une pauvreté encore plus profonde. Finalement, ce sont ces personnes-là qu’on devrait interroger pour savoir comment elles vivent cette crise et comment elles entrevoient l’avenir dans un contexte aussi désespérant pour certaines d’entre elles!

Quels sont les trucs et astuces que vous souhaiteriez partager en termes de management d’entreprise ou de tenue d’un board lors de cette période de confinement?

«Aujourd’hui, il devient nécessaire de prendre un certain nombre de décisions essentiellement sur base de son jugement, de son intuition. Étant donné les multiples incertitudes concernant l’évolution du Covid et l’impossibilité de mesurer l’impact véritable du confinement sur l’économie ou de prévoir exactement les futurs comportements des consommateurs, on ne peut plus autant appuyer le processus décisionnel sur base de données fiables ou de paramètres quantifiables.

Je pense que la question d’une redistribution des richesses devient essentielle. Encore une fois, ce sont les plus défavorisés qui paieront le plus lourd tribut à cette crise.
Aude Lemogne

Aude Lemogne,  co-founder et director de Link Management

Il devient donc d’autant plus important de cultiver l’échange avec d’autres personnes de son propre secteur, ou même d’autres horizons, afin de comparer notre analyse, voire de la compléter. Cela implique aussi une certaine humilité de la part des dirigeants. Je suis vraiment favorable à un décloisonnement des domaines, à un échange accru d’idées et de conceptions, alors même que le monde est en train d’évoluer vers une technocratisation qui privilégie la technologie, qui ne reflète pas toujours la diversité des perspectives.

Dans le cadre de notre opération «Luxembourg Recovery: 50 idées pour reconstruire», nous proposons à nos lecteurs de partager une idée concrète, une expérience ou une mesure à mettre en œuvre pour faciliter le rebond de l’économie luxembourgeoise. Quelle serait la vôtre?

«J’espère qu’au-delà d’un effort collectif pour faciliter le rebond de l’économie, nous réussirons à mieux appréhender nos responsabilités. Tout d’abord, notre responsabilité en tant que consommateur, c’est-à-dire préférer des produits moins polluants, plus durables et soutenir le commerce de proximité, ainsi que les PME, qui constitueront notre réservoir d’innovation dans le futur.

De plus, je pense que la question d’une redistribution des richesses devient essentielle. Encore une fois, ce sont les plus défavorisés qui paieront le plus lourd tribut à cette crise. Or, aucun modèle économique ou politique ne pourra s’inscrire dans la durée s’il perpétue les inégalités.»

Retrouvez ici la liste des 100 femmes pour votre conseil d’administration.