POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Data center

Le CSV écarté du dossier Google à Bissen



251124.jpg

Google veut implanter son data center dans une zone de 34 hectares à Bissen, commune du bourgmestre Jos Schummer. (Photo: Matic Zorman/Archives Paperjam)

Info Paperjam – Le bourgmestre de Bissen Jos Schummer ne veut plus que le CSV, parti qu’il vient de quitter, interfère encore avec le projet que Google nourrit dans sa commune de Bissen. Désormais indépendant, il va s’allier avec Är Leit, l’autre groupe au conseil communal.

Une nouvelle majorité communale va se mettre en place à Bissen, et cela se fera sans le CSV, jusque-là aux commandes de la commune, confirme le bourgmestre Jos Schummer à Paperjam.

Une véritable saga

Le projet d’implantation d’un  data center à Bissen par Google  est une saga qui s’écrit en plusieurs chapitres, et dont la fin n’est pas encore en vue. Et elle ne manque pas de rebondissements.  Le vote quant au reclassement d’une zone de 34 hectares via  une modification ponctuelle du PAG a ainsi apporté son lot de surprises. Deux membres du CSV, parti majoritaire avec six élus, ont voté contre. Tandis que les cinq élus Är Leit se sont abstenus.

Ce qui a poussé le bourgmestre Jos Schummer à quitter le CSV . La conseillère Cindy Barros, qui avait pourtant voté contre le data center, a fait de même.

Une nouvelle coalition

Mais le CSV n’est pas au bout de ses peines. Au niveau local, il va en effet être écarté des décisions à venir en ce qui concerne le dossier, qui reviendra encore à plusieurs reprises sur la table du conseil communal. «J’ai en effet décidé en tant qu’indépendant de former une nouvelle alliance avec Är Leit», confirme Jos Schummer. «Nous avons discuté de cela, et les choses sont claires.»

Je ne veux plus travailler sur ce dossier avec le CSV.
Jos Schummer

Jos Schummer,  bourgmestre de Bissen

C’est donc une nouvelle majorité communale qui va se mettre en place. Elle se composera des cinq conseillers Är Leit, de Jos Schummer... et de Cindy Barros. Face à eux, il y aura les quatre élus CSV, désormais minoritaires.

Au niveau du Collège, la position des deux échevins Carlo Mulbach et Frank Clement (qui ont tous deux voté en faveur du réaménagement des terrains) sera compliquée à tenir longtemps, appartenant tous deux au groupe minoritaire. «Ce sera à eux de voir et de décider de démissionner», souligne Jos Schummer, qui, pour le moment, est bourgmestre et aimerait évidemment le rester.

La raison de ce remaniement est claire et confirmée par Jos Schummer: «Je ne veux plus travailler sur ce dossier avec le CSV. Il est important de former un nouveau groupe politique pour ne plus perdre de temps, comme cela a déjà été le cas.»