PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

étude CDP

Les crédits doivent tenir compte des efforts climatiques



Selon CDP, les banques doivent orienter les crédits par rapport aux efforts de réduction des émissions de GES des entreprises. (Photo: Shutterstock)

Selon CDP, les banques doivent orienter les crédits par rapport aux efforts de réduction des émissions de GES des entreprises. (Photo: Shutterstock)

Selon un récent rapport publié par CDP ce mardi 2 mars, les entreprises européennes doivent encore fournir de gros efforts pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat. Les banques qui leur accordent des prêts doivent, elles aussi, mieux cibler leurs actions.

Malgré toutes les promesses faites de vouloir lutter contre le changement climatique, les entreprises européennes restent très éloignées des principes de l’accord de Paris sur le climat.

Sur base de leurs objectifs d’émissions déclarés, elles suivent une trajectoire d’augmentation de la température de 2,7°C – soit 1°C de plus que les objectifs fixés à Paris fin 2015.

Selon le dernier rapport de CDP sorti ce mardi 2 mars, pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, il faudrait multiplier par 8 le niveau d’ambition actuel des entreprises européennes en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

Accélérer le mouvement

Association sans but lucratif financée par l’UE, CDP publie ce rapport à l’occasion des CDP Europe Awards organisés ce mardi 2 mars avec la Banque européenne d’investissement . Il repose sur l’analyse de données transmises à CDP par près de 1.000 entreprises européennes en 2020, représentant environ 80% de la capitalisation boursière européenne.

Même si le rapport fait état d’une ambition de plus en plus grande, le trou qui reste à combler pour atteindre la vitesse de croisière nécessaire pour atteindre les objectifs de Paris est plus que conséquent. Un avertissement qui vaut autant pour les entreprises productrices que pour le monde de la finance.

CDP a en effet calculé que les banques continuent à largement financer des acteurs industriels peu performants en termes de réduction de GES: «Si 95% de l’ensemble des prêts accordés aux entreprises en Europe proviennent d’institutions bancaires qui ambitionnent de s’aligner sur les objectifs de l’accord de Paris, moins d’une entreprise européenne sur 10 présente aujourd’hui des objectifs de réduction d’émissions allant dans ce sens».

Mieux sélectionner ses clients

Le rapport pointe un décalage de 4.000 milliards d’euros en Europe entre le montant total des prêts bancaires accordés en faveur de la transition énergétique visant à s’aligner sur les objectifs de l’accord de Paris et les besoins de financement nécessaires des entreprises pour les atteindre réellement.

Les banques et les investisseurs jouent donc un rôle-clé. Actuellement, seule la moitié des institutions interpellées par CDP déclarent tenir compte du fait que leurs clients ou les bénéficiaires de leurs financements ont bien des stratégies alignées sur les objectifs de l’accord de Paris.

Le récent rapport estime donc que, dans un scénario d’«accélération modeste», les banques pourraient avoir à ajuster leurs portefeuilles de crédits de l’ordre de 20 à 30% pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.