PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Mobilité

«Le covoiturage ne nécessite pas d’assurance spécifique»



247125.jpg

Lors d’un covoiturage, tout passager d’une voiture est couvert par la responsabilité civile du propriétaire du véhicule. (Photo: Shutterstock)

Eric Profeta, product manager Automotive chez AXA Luxembourg, rappelle les points de vigilance en matière d’assurance lors de l’utilisation d’un service d’autopartage ou de covoiturage, en tant que particulier ou avec un véhicule de société.

Accélérer l’utilisation du covoiturage et de l’autopartage est une volonté du gouvernement, notamment pour pallier le problème des embouteillages au Grand-Duché.

Différentes initiatives sont prises en ce sens. Depuis début mai, une bande d’arrêt d’urgence peut ainsi être empruntée sur l’autoroute E411 en cas de bouchon par tout véhicule comprenant au minimum trois personnes à son bord.

Une plate-forme de covoiturage, Copilote.lu, a également été lancée en mai 2018, peu après le service d’autopartage des CFL, Flex, inauguré en février 2018. Les entreprises se lancent aussi, à l’instar de PwC, qui offre la possibilité à ses employés qui covoiturent de disposer d’une place de parking réservée.

Comment fonctionnent alors les garanties d’assurance lors de l’utilisation de ces services de covoiturage ou d’autopartage?

Réponses d’Eric Profeta, product manager Automotive chez AXA Luxembourg.

Comment est-on assuré lorsque l’on pratique le covoiturage en tant que particulier?

Eric Profeta. – «Le covoiturage ne nécessite pas d’assurance spécifique. Tout passager d’une voiture est couvert par la responsabilité civile (obligatoire) du propriétaire du véhicule. Le covoiturage ne remet donc pas en cause les garanties de base souscrites par le propriétaire d’un véhicule; il s’agit uniquement d’un changement dans l’usage de ce dernier.

AXA est partenaire de Blablacar en France et propose une offre d’assurance additionnelle et spécifique, avec une option de rachat de franchise en cas de sinistre et une garantie d’assistance à son offre. Par exemple, si jamais une panne survient, l’utilisateur du service peut faire jouer cette garantie pour pouvoir poursuivre son voyage jusqu’à la destination prévue.

Au Luxembourg, la plate-forme Blablacar n’existe pas, même si les utilisateurs peuvent par exemple utiliser le service français pour réaliser des trajets au Grand-Duché. Dans ce cas, il faut savoir que les assurances spécifiques proposées par Blablacar (rachat de franchise, garantie d’arrivée à destination) sont limitées aux véhicules immatriculés et assurés en France.

Dernier point d’attention: si le conducteur n’est pas propriétaire du véhicule, il doit obtenir l’accord du propriétaire pour en faire un usage de covoiturage.

Attention donc: utiliser un véhicule professionnel pour covoiturer à titre onéreux peut conduire à des sanctions.

Eric Profeta,  product manager Automotive,  AXA

Et dans le cas du covoiturage avec une voiture de société?

«Il existe des règles d’utilisation et de bonne conduite propres à chaque flotte d’entreprise. La garantie responsabilité civile étant obligatoire, tout passager du véhicule sera de toute façon protégé.

L’usage du covoiturage peut être exclu, en particulier s’il fait l’objet de transactions financières. Attention donc: utiliser un véhicule professionnel pour covoiturer à titre onéreux peut conduire à des sanctions. Des cas de licenciement ont été observés en France, car il s’agit d’un usage non autorisé par l’employeur.

Beaucoup de véhicules d’entreprises excluent d’ailleurs toute forme de covoiturage, gratuit ou non, ce qui est une limite évidente à son développement.

Y a-t-il des problématiques d’assurance différentes pour l’autopartage?

«Oui, c’est très différent. L’autopartage est le fait de mettre un parc de véhicules à disposition de différents usagers qui souscrivent un abonnement, comme pour le système des Vel’oh par exemple. Tandis que le covoiturage est l’utilisation du véhicule appartenant à un particulier pour transporter différents passagers, afin de partager les frais d’usage.

Dans le cas de l’autopartage, c’est donc à l’entreprise qui propose ce service d’assurer les véhicules et de disposer de la garantie responsabilité civile obligatoire, ainsi que de proposer des couvertures complémentaires d’assurance dommages ou de protection du conducteur. Le service Flex des CFL a ainsi une couverture d’assurance intégrée à son offre.»