ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Nouveau règlement européen

Le contrôle des bagages mis à niveau chez Lux-Airport



La première phase du déménagement s’est terminée en septembre, après deux années d’opérations. (Photo: Lux-Airport)

La première phase du déménagement s’est terminée en septembre, après deux années d’opérations. (Photo: Lux-Airport)

Le système de traitement des bagages de Lux-Airport a déménagé et est désormais aux nouvelles normes requises pour la détection d’explosifs, annonce son exploitant.

C’est un dédale de tapis roulants et de scanners cachés derrière les comptoirs d’enregistrement que Lux-Airport vient de changer. Le nouveau système de manutention des bagages (BHS) a été mis à niveau, c’est-à-dire à la «norme 3 – systèmes de détection d’explosifs approuvés», a annoncé, ce lundi, son exploitant.

L’opération comporte une phase de déménagement du système de manutention, dont la première moitié s’est achevée en septembre dernier, après deux années de manœuvres. La seconde phase est actuellement en cours.

Dans un communiqué, Lux-Airport précise que cette mise à niveau implique non seulement de démonter les pièces du dispositif du terminal et de les acheminer dans la nouvelle zone dédiée, mais en plus, de poursuivre en parallèle les activités quotidiennes du site.

Le déménagement et le remaniement de notre système BHS peuvent être comparés à une chirurgie à cœur ouvert.
René Steinhaus

René Steinhaus,  CEO,  Lux-Airport

«Le déménagement et le remaniement de notre système BHS peuvent être comparés à une chirurgie à cœur ouvert: vous remplacez un système, mais le reste du corps doit continuer à fonctionner normalement. Le déménagement de tout le système de manutention des bagages est un défi que nous avons relevé grâce à l’exceptionnelle coopération et collaboration des différentes équipes», s’est félicité René Steinhaus , CEO de Lux-Airport.

Cette mise à niveau fait suite au règlement européen 2015/1998, qui prévoyait un basculement vers la nouvelle norme en septembre 2020, mais l’échéance a été repoussée à 2021, pandémie de Covid-19 oblige.