POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Pandémie

Comme en France, les hôpitaux du Luxembourg belge explosent



En province de Luxembourg, on transfère certains patients dans d’autres provinces.  (Photo: Shutterstock)

En province de Luxembourg, on transfère certains patients dans d’autres provinces.  (Photo: Shutterstock)

En France, on a dépassé les chiffres de la deuxième vague au niveau de la réanimation. En province de Luxembourg belge, ils ont pratiquement doublé en une semaine…

Au Luxembourg, les chiffres des hospitalisations semblent aujourd’hui sur un plateau, puisque, depuis près de trois semaines, ils oscillent entre 120 et 135 lits occupés par jour. Et il en va de même en soins intensifs, où l’occupation des lits se situe entre 20 et 30%. 

Une situation qui tranche avec celle qui existe actuellement chez nos voisins belges et français.  

C’est ainsi qu’en province de Luxembourg belge, les chiffres ont pratiquement doublé en une semaine. De 56 patients hospitalisés dans les services Covid le lundi 22 mars, on est passé à 95 en début de semaine, selon les données de Vivalia avancées ce mardi par nos confrères de l’Avenir Luxembourg. Au niveau des soins intensifs, 18 lits sur 20 sont occupés, dont des patients fortement touchés et sous respirateur. Et hors soins intensifs, cela ne va pas vraiment mieux, avec 77 lits occupés sur 80. 

«Il y a énormément d’entrées aux urgences, au point que nous dû transférer plusieurs patients dans les services Covid de la province de Liège», explique, dans les colonnes de nos confères belges, Didier Neuberg, le directeur général aux Affaires médicales chez Vivalia. Du coup, plusieurs réunions de crise ont eu lieu, et des mesures vont devoir être prises. Dont une augmentation de la capacité d’accueil dans les services Covid, voire peut-être la fermeture d’autres services et la déprogrammation de certaines opérations.

90% d’occupation dans le Grand Est

Côté français, avec 4.974 malades du Covid-19 présents en réanimation lundi, le pic de la deuxième vague épidémique de novembre est désormais franchi. Un chiffre qui reste cependant en dessous de ce que l’on avait pu connaître au printemps 2020, au pire de la première vague (on parlait alors de plus de 7.000 personnes en soins intensifs). Mais les 40.000 à 50.000 personnes testées positives chaque jour la semaine dernière ne poussent pas à l’optimisme pour la suite...

Dans le Grand Est, voisin du Luxembourg, le taux d’occupation des lits de réanimation dépasse désormais les 90% par rapport aux capacités d’avant-Covid-19. Le tout avec des taux d’incidence par département qui restent très élevés (302 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur sept jours en Moselle, 296 en Meurthe-et-Moselle, tandis que l’Aube flambe toujours à plus de 500 cas).

C’est dans ce contexte-là qu’un conseil de défense est programmé pour ce mercredi. Dans un entretien avec Le Journal du dimanche, ce week-end, le président Emmanuel Macron avait indiqué que «rien» n’était décidé quant à un tour de vis supplémentaire. Mais, forcément, vu les chiffres actuels, le mot «confinement» est dans bien des têtes…