POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

Covid-19: la Belgique durcit les restrictions



Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, a annoncé, ce mercredi, un nouveau «lockdown» de 4 semaines chez nos voisins. (Photo: Shutterstock)

Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, a annoncé, ce mercredi, un nouveau «lockdown» de 4 semaines chez nos voisins. (Photo: Shutterstock)

Écoles fermées, même chose pour les métiers de contact, contrôles renforcés aux frontières: le gouvernement belge a annoncé, ce mercredi, de nouvelles restrictions pour tenter d’endiguer la flambée du nombre de nouveaux cas de coronavirus.

Le Comité de concertation, qui réunit les ministres fédéraux et régionaux compétents en ce qui concerne la crise sanitaire, avait rendez-vous ce mercredi matin pour définir ce à quoi allait ressembler le quotidien de nos voisins belges pour les prochaines semaines. Et c’est donc pour la piste du reconfinement que le gouvernement d’Alexander De Croo (Open VLD) a opté.

Écoles primaires et secondaires fermées dès lundi

Dans le détail, si les mesures décidées par le Comité de concertation seront – à compter de vendredi minuit – la norme pour les 4 prochaines semaines (jusqu’au 25 avril), les écoles primaires et secondaires fermeront pour une durée de 3 semaines, jusqu’au 19 avril, date de la fin du congé de Pâques. Situation identique pour l’enseignement supérieur.

Entre le 29 mars et le 2 avril, les cours seront donc dispensés à distance. Des garderies pour enfants seront organisées pour les parents exerçant une profession ne permettant pas le télétravail, ou pour ceux ne pouvant pas garder leurs enfants. Les maternelles resteront, en revanche, ouvertes.

Commerces non essentiels sur rendez-vous, métiers de contact fermés

Les commerces non essentiels pourront garder le rideau relevé, mais leur accès ne se fera que via rendez-vous. Par ailleurs, l’affluence de ces commerces est limitée à 50 personnes maximum, et leur activité sera cadrée par des créneaux horaires stricts. Les métiers de contact, comme les salons de coiffure, de beauté ou de tatouage, devront fermer leurs portes.

Assez logiquement, les magasins essentiels resteront ouverts. Font partie de cette liste, entre autres, les magasins d’alimentation, les pharmacies, les librairies, les magasins de bricolage, les jardineries, les papeteries ou encore les magasins de nuit. 

Bulle extérieure rétrécie

En matière de vie sociale, sujet ô combien sensible pour la population, les règles seront les suivantes: la bulle extérieure est réduite de 10 à 4 personnes. Les enfants ne sont pas pris en compte dans ces bulles extérieures. À l’intérieur, la bulle reste inchangée à une personne, enfant ou adulte extérieurs au foyer. Les camps de jeunesse et autres activités parascolaires sont autorisés, uniquement pendant les vacances de Pâques, en groupe ne dépassant pas les 10 personnes et sans nuitée.

En matière de liberté de déplacement, les voyages non essentiels à l’étranger restent interdits et les contrôles aux frontières seront renforcés. Le couvre-feu reste identique à la situation actuelle, à savoir minuit en Wallonie et en Flandre, 22 heures à Bruxelles.

Télétravail obligatoire, sanctions renforcées

Dans les entreprises enfin, le télétravail est toujours obligatoire, et le Premier ministre Alexander De Croo a fait savoir que des contrôles seraient également multipliés, avec des sanctions plus sévères en cas de non-respect des mesures.

Le Premier ministre belge est également revenu sur l’importance de respecter ces mesures, couplant cette donnée à la campagne de vaccination en cours, érigeant le tout comme principales clefs pour un retour à la normalité. «L’objectif est le même: passer un été serein. Dans les semaines à venir, tout dépendra de nos comportements et de la vaccination», a conclu M. De Croo.